×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’UE saisit l’OMC sur les pratiques antidumping de l’Inde

Par L'Economiste | Edition N°:1660 Le 11/12/2003 | Partager

. Ces mesures font perdre aux exportateurs européens plus de 50 millions d’euros par an  L’Union européenne a formellement demandé l’ouverture, dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), des consultations avec l’Inde au sujet des pratiques antidumping de New Delhi qui affectent les produits européens. C’est ce qu’a annoncé mardi dernier la Commission européenne. Cette décision fait suite à la “frustration croissante” exprimée par les exportateurs européens touchés par ces mesures. Alors que les discussions bilatérales déjà menées avec les autorités indiennes n’ont pas permis “de persuader l’Inde de s’aligner sur les standards de l’OMC”, selon Bruxelles. “Dans un système fondé sur des règles, il est essentiel que tous les acteurs se plient à ces règles, et l’Inde n’est pas une exception”, a déclaré le commissaire européen au Commerce Pascal Lamy dans un communiqué. La requête de la Commission, qui défend les intérêts de l’UE à l’OMC, pour des consultations à l’Organisation mondiale portent sur 27 mesures antidumping adoptées par l’Inde contre des produits européens entre 1999 et 2003. Les produits chimiques et pharmaceutiques, l’acier et les textiles ont été les principaux secteurs ciblés par New Delhi. Bruxelles reproche à l’Inde d’être le pays au monde qui a aujourd’hui le plus massivement recours à des dispositifs antidumping contre les importations de produits étrangers, avec un éventail de 241 mesures de ce type décidées depuis 1995, dont 29 au total visant les seuls produits européens. Selon la Commission, les exportateurs européens perdent plus de 50 millions d’euros par an du fait de ces mesures. “Mais plus important encore est le fait que l’Inde abuse de cet instrument des mesures antidumping pour empêcher les entreprises étrangères de pénétrer sur (son) marché”, souligne Bruxelles. Selon les règles de l’OMC, l’Inde dispose de dix jours pour répondre à la requête de l’UE et d’un mois pour entrer en consultation effective avec les Européens. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc