×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Crédit Agricole du Maroc
Un contrat-programme signé demain

Par L'Economiste | Edition N°:2254 Le 13/04/2006 | Partager

. La recapitalisation de la banque formalisée. L’entrée en Bourse de la banque à l’ordre du jourUn contrat-programme entre l’Etat et le Crédit Agricole du Maroc (CAM) sera signé demain vendredi à Rabat. Il couvre la période 2005-2008, période au terme de laquelle le CAM devra annoncer son entrée en Bourse. Ce point figure d’ailleurs parmi les principaux objectifs de ce contrat. Cette opération devra intervenir à la fin de la réalisation des clauses de ce dernier. Le «toilettage» du bilan de la banque est une condition sine qua non à sa réussite. Il est dans ce sens prévu que la situation financière de la banque soit totalement équilibrée à l’horizon 2008. Le CAM projette à terme une baisse du taux des créances en souffrance de 40 à moins de 25% et un relèvement de 40 à 75% du taux de couverture. Pour ce faire, le mot d’ordre est la restructuration, toujours de mise. L’augmentation, déjà annoncée, du capital du CAM entre dans cette même perspective. Le contrat-programme sera ainsi l’occasion de confirmer les engagements de l’Etat. Celui-ci compte ainsi injecter un montant de 1 milliard de DH, à libérer en deux tranches. La première partie est versée au cours de cette année. La dernière devra intervenir avant mars 2008. Cette opération représente la contribution des pouvoirs publics au coût de la suppression de la dette de 100.000 petits agriculteurs en situation précaire. Décidée sur instruction royale, cette annulation porte sur 3 milliards de DH. Cette augmentation de capital donne suite à celle déjà libérée fin 2005 par la CDG et la Mamda, partenaires stratégiques de la banque. Cette opération a porté sur 1,1 milliard de DH. La CDG a pris une participation de 750 millions de DH dans la banque. Le groupe Mamda/MCMA a détenu le reliquat, soit 350 millions DH. Cela porte à 15 et 7% les parts respectives de ces deux groupes dans le capital du CAM. Le tout, sur la base d’une valorisation du Crédit Agricole du Maroc de 5 milliards de DH. Celle-ci devra permettre à la banque de sortir de la logique de redressement pour entrer dans une dynamique de développement. L’ambition du CAM dans ce sens est de devenir une banque universelle proche de sa clientèle. Pour réussir cette mutation, la banque s’organise en fonction de quatre marchés: petites et moyennes exploitations agricoles, filières agroalimentaires, particuliers et corporate. Dans cette perspective, la banque projette d’étendre son réseau à 500 agences à l’horizon 2008, contre 300 agences actuellement. Ce réseau a déjà été étoffé avec la reprise de la Banque marocaine pour l’Afrique et l’Orient (BMAO). La nouvelle organisation de la banque est déjà effective dans les régions de Casablanca et Rabat avec une offre de produits ciblée.


1,3 milliard de DH de PNB

Les chiffres préliminaires de la banque font état d’un produit net bancaire (PNB) de l’ordre de 1,3 milliard de dirhams, soit une hausse de 32% par rapport à 2004. Le résultat brut de la banque s’est établi à 634 millions de dirhams (+62%). Des performances auxquelles s’ajoutent le bon déroulement de la transformation de la banque en SA, l’absorption sans heurt de la BMAO et de la poursuite des efforts d’épuration des dettes. Egalement à l’actif de la banque cette année, l’institution de Dar El Fellah, dans le but de conseiller les agriculteurs en difficulté. L’objectif est aussi d’orienter les agriculteurs non bancables vers les autres moyens et structures de financement, dont le microcrédit.Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc