×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Ce que dit l’OMS sur les méfaits du tabac

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5852 Le 28/09/2020 | Partager
Un décès sur cinq dû aux maladies cardiaques est lié au tabagisme
Les fumeurs sans doute plus vulnérables face au Covid-19

Chaque année, 1,9 million de personnes meurent de maladies cardiaques provoquées par le tabac. C’est ce que révèle un nouveau rapport conjoint publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Fédération mondiale du cœur et l'Université de Newcastle, en Australie, à l'occasion de la Journée mondiale du cœur, qui sera célébrée le 29 septembre.

oms-tabac-052.jpg

La lutte contre le tabagisme est un élément clé pour réduire les maladies cardiaques. Les organisations affirment que les gouvernements peuvent aider les consommateurs à arrêter de fumer en augmentant les taxes sur les produits du tabac, en offrant des services pour aider les gens à y renoncer et en faisant respecter les interdictions de publicité (Ph: AFP)

D’après ses auteurs, «les fumeurs sont plus susceptibles de subir un accident cardiovasculaire aigu à un plus jeune âge que les non-fumeurs…». Un autre constat: «Le tabac est responsable de 20% des décès dus aux maladies coronariennes».

Peu importe qu’il s’agisse de quelques cigarettes par jour, de tabagisme occasionnel ou d'exposition à la fumée secondaire, «le tabac augmente le risque de maladies cardiaques», est-il indiqué. Toutefois, «si les fumeurs prennent des mesures immédiates et cessent de fumer, le risque diminue de 50% après un an d'abstinence».

«Compte tenu des preuves sur le tabac et la santé cardiovasculaire, ne pas offrir de services de sevrage aux patients souffrant de maladies cardiaques pourrait être considéré comme une faute professionnelle ou une négligence clinique», souligne dans un communiqué le Dr Eduardo Bianco, président du groupe d'experts sur le tabac de la Fédération mondiale du cœur. «Les sociétés de cardiologie devraient former leurs membres au sevrage tabagique, ainsi que promouvoir et même piloter les efforts de sensibilisation à la lutte antitabac», ajoute-t-il.

Selon le rapport, le tabac sans fumée est responsable d'environ 200.000 décès par an dus à des maladies coronariennes. De même, la cigarette électronique, qui augmente la pression artérielle, accroît le risque. Une récente enquête de l'OMS a révélé que parmi les personnes qui sont mortes de la pandémie Covid-19 en Italie, 67% souffraient d'hypertension et en Espagne, 43% des personnes qui ont développé la pandémie vivent avec une maladie cardiaque.

«Les gouvernements ont la responsabilité de protéger la santé de leur population et de contribuer à faire reculer l'épidémie de tabagisme. Faire en sorte que nos communautés soient sans tabac réduit le nombre d'admissions à l'hôpital. Ce qui est plus important que jamais dans le contexte de la pandémie actuelle», précise de son côté le chef de l'Unité antitabac de l'OMS, Dr Vinayak Prasad.

F.Z. T.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc