×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Electroménager: La demande reprend en partie

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5824 Le 17/08/2020 | Partager
Les ventes retrouvent leurs niveaux normaux après une baisse de 50% pendant le confinement
Les produits B2B sont les plus touchés par la pandémie, comparés à l’offre grand public

La demande d’électroménager, qui avait été comprimée pendant la période de confinement, s'est rapidement rétablie à la faveur de la saison estivale et l'Aïd al Adha. Le marché MDA est le segment le plus impacté sur des produits TCG (technical consumer goods), car ces achats sont facilement reportables en comparaison à ceux de produits plus nécessaires.

Chez Siera, les ventes ont accusé un retard de l’ordre de 50% sur la période mars-mai. «Nous avons eu néanmoins une très bonne campagne Aïd al Adha sur la période juin-juillet. En écoulant quelque 60.000 réfrigérateurs, 24.000 congélateurs ainsi que de bonnes quantités sur le lave-linge, cuisinières, chauffe-eau et petit électroménager, nous avons pu limiter le retard sur les ventes à 10% à fin juillet», explique Abdeljalil Lahlou, DG de Manar (Siera).

Sur le segment Defrost, Siera a pu gagner 8% de part de marché et revendique désormais 42% du business global. De l’autre côté, le segment des réfrigérateurs large a enregistré une croissance de 38% par rapport à la même période en 2019.

Même son de cloche chez LG, dont les ventes ont chuté de plus de 50%, pendant le confinement. La tendance s'est maintenue jusqu'en mai. Mais après la levée du confinement le 10 juin, les ventes ont repris et sont revenues à des niveaux normaux en juillet.

«Les produits B2B, qui nécessitent un long processus de décision et des coûts d'achat élevés, ont été les plus touchés par la pandémie, comparés aux produits grand public (B2C). Parallèlement, les ventes d’électroménagers de première nécessité tels que les réfrigérateurs et les climatiseurs sont plus importantes, au cours de la période estivale. De même que les ventes des téléviseurs, en raison de la diminution des sorties dues au confinement», explique Soufiane Benabadji, directeur Marketing de LG. Cependant, la sécheresse que connaît le Maroc d’une part ainsi que l’arrêt des activités économiques du fait de la crise sanitaire ont fortement impacté le pouvoir d’achat du consommateur.

En amont, la crise sanitaire a tiré vers le haut le coût de production suite à l’explosion des postes de charge. Chez Manar, l’on veille «à maintenir les prix de vente inchangés, une cadence de production raisonnable et continuer à fournir le marché». La marque s’investit, par ailleurs, dans l’extension de sa gamme vers le total no-frost, conformément à son plan de développement fixé au préalable.

Chez les distributeurs, la Covid induisant de nouvelles habitudes et pratiques professionnelles, en respect des mesures de limitation des contacts, les opérateurs se renforcent dans les volets marketing digital, communication client et formation en ligne des collaborateurs. «Nous souhaitons que cette démarche, sans contact direct, devienne une tendance majeure en post-Covid-19», soutient le directeur marketing de LG.

Le secteur en chiffres

electromenager-024.jpg

Selon GfK, le marché marocain des biens d'équipement de la maison a enregistré au 1er trimestre 2020 une régression de 2,9%.

Jusqu’à 50% de baisse des ventes pendant le confinement.

Campagne Aïd al Adha: Plus de 60.000 réfrigérateurs et 24.000 congélateurs écoulés par Siera.

Segment Defrost: Manar revendique 42% de part de marché global.

Source: B.N.

                                                                                  

Pas de licenciement envisagé

Selon les opérateurs, l’activité ne connaît pour l’heure aucun licenciement pour motif économique. «Nous tenons à conserver notre capital humain et son savoir-faire accumulé lors de notre périple, que nous espérons le plus long», fait valoir le manager de Manar. Chez LG également, l’on n'envisage pas de procéder à des licenciements.

«Certes, au cours du premier semestre, les ventes ont diminué par rapport à l'année précédente, mais puisque les activités sont en voie de relance et que les collaborateurs exercent également leurs activités de manière régulière, la société n’envisage pas de réduire ses effectifs.

Toutefois, si le confinement national se prolonge et que la demande subit une forte baisse, la possibilité de réduire la taille de l'entreprise est envisageable», soutient Soufiane Benabadji, directeur Marketing de LG. En ces temps où l'incertitude sur les activités est très élevée, la grande préoccupation du manager est le déclenchement d'une deuxième vague de la pandémie: «la demande reprend en partie et les affaires sont sur la bonne voie, mais si les ventes chutent à nouveau, si jamais la deuxième vague survient, les coûts fixes et la main-d'œuvre deviendront une préoccupation majeure».

En effet, si la crise s’aggrave et dure dans le temps, toutes les autres valeurs du marché risquent d’être exposées, du fait du ralentissement de la consommation. Ce qui impacterait inéluctablement le secteur.

Modeste KOUAME

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc