×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Population mondiale: Deux milliards de moins que prévu d’ici 2100

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5808 Le 21/07/2020 | Partager
La Terre comptera environ 8,8 milliards d’habitants à cette date
La Chine passerait de 1,4 milliard d’âmes à seulement 730 millions
Redistribution des cartes sur le plan économique

Une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet (https://www.thelancet.com) et reprise par différentes sources (https://www.futura-sciences.com, https://fr.weforum.org...) offre une perspective différente sur la population mondiale. Si en 2019, les Nations unies prédisaient près de 11 milliards d’habitants à l’horizon 2100, les projections de The Lancet montrent une courbe à la baisse.

population-mondiale-08.jpg

Grâce à de nouvelles méthodes de projection, les chercheurs ont tenté de modéliser la mortalité, la fertilité et les mouvements de population pour les 80 prochaines années. Ils sont arrivés au résultat final de 8,8 milliards de personnes d’ici 2100, soit deux milliards en dessous des prédictions de l’ONU.

«Il est essentiel de comprendre les tendances potentielles des niveaux de population futurs pour anticiper et planifier l’évolution des structures d’âge, des besoins en ressources et en soins de santé, ainsi que les paysages environnementaux et économiques», explique l’équipe dans l’introduction de l’étude.

Pour elle, «les tendances futures de la fécondité sont un élément-clé de l’estimation de la taille future de la population, mais elles sont entourées d’une incertitude substantielle et de méthodologies divergentes d’estimation et de prévision, conduisant à des différences importantes dans les projections démographiques mondiales». Aussi, «l’évolution de la taille de la population et de la structure par âge pourrait avoir de profondes répercussions économiques, sociales et géopolitiques dans de nombreux pays…».

D’après les projections, la population mondiale connaîtra son apogée en 2064 avec 9,3 milliards d’habitants, avant de diminuer progressivement à mesure que la fin du siècle se rapproche.

Il faudrait s’attendre à une redistribution des cartes sur le plan économique. Plus d’une vingtaine de pays (dont le Japon, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, la Corée du Sud, ou encore la Pologne) verront leurs effectifs réduits de moitié. La Chine passerait de 1,4 milliard d’âmes à seulement 730 millions.

L’Afrique subsaharienne, pendant ce temps, triplerait en population, le Nigéria devenant le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l’Inde, avec 800 millions d’habitants. Selon les chercheurs, la chute du taux de fertilité amènera 183 pays sur 195 sous le seuil de renouvellement de la population sans la mise en place d’une politique d’immigration plus libérale.

Des efforts devront également être faits afin de subvenir aux besoins d’une population vieillissante. Selon les prévisions, plus d’un quart de la population aura plus de 65 ans d’ici la fin du siècle, tandis que le nombre des personnes de plus de 80 ans passera de 140 millions à 866 millions.

F.Z.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc