×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Après le virus, d’autres désordres en Afrique

Par Pr. Mohammed GERMOUNI | Edition N°:5752 Le 30/04/2020 | Partager

Pr Mohammed GERMOUNI est économiste et politologue, qui a exercé dans le secteur de la Banque, de la haute administration et enseigné dans plusieurs établissements universitaires au Maroc et à l’étranger. Il a publié quelques ouvrages dont notamment «Le protectorat français au Maroc, un nouveau regard» éditions L’Harmattan, Paris, 2015, et récemment, «Economies et Sociétés du XXIe siècle, en forme de chroniques», édition Maroc Livres, Casablanca, 2019 (Ph. Privée)

Dans cette période de catas­trophe planétaire, le risque d’un nombre élevé de victimes en raison de la faiblesse ou de l’inexistence des systèmes de santé de nombreux Etats africains, anglophones ou francophones, est plus qu’évident. Les circonstances actuelles inter­disent des commentaires sur les in­frastructures médicales défaillantes.

Ces insuffisances sont connues et vécues au quotidien par les popula­tions des diverses régions africaines depuis la grave épidémie du sida des années 1990 jusqu’aux dernières épidémies géographiquement loca­lisées du début de ce siècle, comme le SRAS et Ebola notamment.

L’absence de solidarité interna­tionale en ces temps de fermetures de frontières et de difficultés des échanges, des pertes humaines en nombre seront à déplorer pouvant affecter indistinctement les diverses franges des populations difficile­ment confinables dans les règles et non sans risques pour le personnel dirigeant et d’encadrement dont celui assurant les soins de santé et la sécu­rité tout court.
L’équilibre et la paix de diverses régions peuvent en être affectés.

Les principales puissances, habi­tuellement présentes par leurs pro­duits et services marchands, USA, Chine et Europe, connaissent elles-mêmes d’importantes perturbations sanitaires, économiques et finan­cières pour être en mesure d’assis­ter de façon bénévole, à court et à moyen terme, les diverses régions en besoin. C’est à un repli national désormais contraint qu’on va assis­ter de la part de ces puissances et des barrières encore plus visibles seront dressées face à l’extérieur, et en particulier à l’égard de celles des localités où le confinement des populations est une option pratique­ment impossible à mettre en place au niveau de bidonvilles surpeuplés vivant au jour le jour. Quelques faci­lités financières épisodiques seront accordées ici ou là, mais guère de plan concerté d’appui pendant la pandémie et d’assistance pour en sortir.

Pénuries prévisibles

Des pénuries des produits de pre­mière nécessité seront plus que pré­visibles, en raison de l’actuelle para­lysie du commerce international et du repli de précaution de nombreux cadres des multinationales expatriés progressivement des diverses et principales zones susceptibles d’être affectées sous peu par la pandémie.

fammes-confinement-052.jpg

L’enquête de Sunergia pour L’Economiste a révélé que 70% des personnes gagnant moins de 2.000 DH craignent beaucoup l’avenir. La propriétaire de cette charmante charrette prend aussi des commandes par téléphone. On ne sait pas si cela est conforme aux obligations sanitaires: cette situation est fréquente sur le continent. L’économie informelle sera le plus grand enjeu socio-politique (Ph. L’Economiste)

Le travail à distance en Afrique est encore symbolique dans les grands centres, voire inexistant dans les lieux d’extraction des matières pre­mières et des régions rurales.

Les nouveaux médias supplantent la communication officielle. Les populations tendent à privilégier d’autres sources d’information en particulier au sujet de chiffres sen­sibles caractérisant l’actuelle pandé­mie quant au nombre de personnes positives et à celui des décès, pou­vant donner lieu à de fortes contro­verses pour le moins, tant les pos­sibilités locales de réanimation demeurent symboliques et onéreuses.

Une réflexion encore plus appro­fondie est à développer sur l’évolu­tion à moyen terme en vue d’élaborer un profil d’assistance de proximité pouvant être initiée par le Maroc en faveur de celles des régions priori­taires pour des raisons historiques, géographiques, humanitaires et sa­nitaires tant notre devenir au sens propre est commun. (NB: ce texte a été écrit avant le message royal du 13 avril 2020).

Agenda de Covid-19 et les troubles sociaux

A court terme, la rareté des produits de première nécessité et la précarité structurelle du pouvoir d’achat des grandes franges des populations des diverses régions du continent pourraient en­traîner des mouvements sociaux difficilement contrôlables par des pouvoirs publics insuffisamment préparés à y faire face dans pareille conjoncture.

Même les oppositions politiques organisées ne paraissent pas en mesure de capitaliser les contestations qui s’y manifesteraient avec les répercussions sur les institutions existantes. Divers projets et capitaux étrangers investis sur le continent se trouvent ainsi vraisemblablement compromis pour une période indéterminée dans les régions fragilisées par une contagion rampante.

Certains Etats et grandes métropoles surpeuplées paraissent plus vulnérables que d’autres et notamment la partie occidentale. La pandémie risque de dicter à moyen terme un agenda autorita­riste encore plus prononcé recourant au déploiement de troupes, au prétexte officiel d’assurer la mise en place de quelques mesures de protection des populations et d’assurer leur ravitaillement. L’aide internationale devenant parcimonieuse, en ces temps de multilatéralisme minimal, ne facilitera pas la tâche des divers décideurs africains à moyen terme.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc