×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Tribune

Les 7 phases psychologiques du confinement

Par Ghizlaine Chraibi | Edition N°:5739 Le 13/04/2020 | Partager

Ghizlaine Chraibi est psychothérapeute et fondatrice de l’Institut marocain de psychothérapie relationnelle. Elle oeuvre dans le cadre d’une association de bénévoles qui arrive à offrir plus de 2.500 séances par année, aux personnes démunies. Ecrivaine, Ghizlaine Chraibi vient de publier son dernier roman intitulé «Un jour la nuit», aux Editions Onze (Ph. GC)

Ces temps étranges et inédits au niveau planétaire suscitent pour le moins stress et anxiété. Voici com­ment repérer et traverser les 7 phases du confinement. Il est essentiel de reconnaître que les émotions néga­tives que nous subissons sont plus que «normales».

Accepter cela signifie que nous ne devrions ni culpabiliser ni juger nos ressentis. La bonne nouvelle est que l’être humain a toutes les res­sources et les outils nécessaires en lui pour s’adapter et traverser ce genre de situations. Notre instinct de survie sait affronter ce genre de «danger».

L’enjeu ici est de dépasser le mode de survie qui est archaïque et de prendre du recul face à ce que nous subissons. L’objec­tif est d’être capable d’embrasser le changement par lequel nous sommes en train de passer, pour se dire, en fin de compte, que ce changement était viable. Voici donc les sept phases psy­chologiques du confinement:

■ Phase 1: La survie
C’est l’accueil du premier choc, le fait de réaliser que l’épidémie est bel et bien arrivée dans notre pays et que ça n’arrive pas qu’aux autres. Cette phase a démarré en même temps que l’annonce obligatoire du confinement. Nous pouvons passer par une période de sidération, de colère, de tristesse, et même la sensation de ne pouvoir ni affronter ni faire face, surtout lorsque l’on a en plus des personnes à charge, comme des enfants ou des parents vieillissants. Nous paniquons en nous demandant quelles stratégies nous al­lons entreprendre. D’où nos réactions animales primaires lorsque nous allons dévaliser les supermarchés! Puis une déprime s’installe, ce qui est un bon indicateur que l’on est en train de quit­ter cette phase pour passer à celle de l’acceptation.

■ Phase 2: L’acceptation
C’est la phase de l’assimilation progressive, de la prise de conscience. Durant cette phase, il nous arrive de culpabiliser face à nos décisions pré­cédentes (déni face à l’épidémie, refus du confinement, banalisation des faits, surpuissance, prise de risques incons­cients). Cette phase de culpabilité nous permettra de réagir rapidement et de nous réajuster face à notre responsabi­lité de citoyen. Nous finissons même par trouver qu’il y a du bon sens à ce devoir civique de confinement. Nous arrivons aussi à sortir de cette emprise d’informations TV ou Radio en boucle, qui est polluante parfois. Nous récupé­rons le contrôle sur nous-mêmes et à l’intérieur de nos domiciles respectifs, en articulant une entente plus fluide avec les autres membres de la famille.

confinement-039.jpg

Des boulevards et des rues vides, des chars en ville, des messages qui défilent à longueur de journée «Sauvez des vies. Restez chez vous» sur les réseaux sociaux... Une ambiance de fin du monde. Les Marocains ont, comme partout dans le monde, vu leur quotidien basculer et sont entrés brutalement dans un univers inconnu qu’il va falloir savoir gérer (Ph. Jarfi)

■ Phase 3: La transformation
C’est le moment où nous osons expérimenter de nouvelles façons de faire en condition de confinement. Nous nous remettons en marche à l’intérieur du domicile et nous nous donnons de nouvelles priorités, comme ranger les armoires, trier les photos, cuisiner avec nos proches, apprendre à travailler ensemble (télétravail pour les adultes et devoirs scolaires pour les enfants). Maintenant que la sidération est passée, nous nous consacrons enfin à abattre les projets que nous avions mis en mode «procrastination». En somme, nous osons un peu plus, même si l’ambiance semble bizarre.

■ Phase 4: L’engagement
Durant cette phase, nous osons aller de l’avant, prendre des décisions, pour enfin donner du sens à cette période de confinement. C’est ce que j’appelle «la résilience»: être capable de tirer le meilleur du pire de cette épreuve, et même trouver des opportunités qui découlent de cette situation. Il s’agit d’une phase constructive, mais dans le respect du rythme de chacun. Nous devons absolument éviter les compa­raisons face à la réaction de chacun; il est contre-productif de se mettre la pression pour traverser ces étapes. Cette quatrième phase permet finale­ment un renforcement de la prise de conscience: nous savons à présent qu’il y avait un avant et qu’il y aura un après, tout en étant convaincus que ce sera forcément mieux, ne serait-ce qu’en termes de civisme, solidarité et relations humaines.

restez-chez-vous-039.jpg

■ Phase 5: L’intégration
C’est l’étape de la digestion, de l’apprentissage et de l’ancrage. Cette expérience a permis de renforcer de nouvelles habitudes de vie. Elle nous permet de nous rapprocher encore plus de nos priorités. Malgré les pertes et les séparations douloureuses parfois (amis, famille, emploi), c’est la phase du bilan afin de nous rapprocher un peu plus de la meilleure version de nous-mêmes.

■ Phase 6: La créativité
C’est la prise de conscience de ce que nous avons vécu, de ce que nous avons intégré; nous clarifions ce que nous décidons de garder et ce que nous décidons de créer à partir de maintenant dans notre vie. Ceci nous permettra de nous projeter dans l’ave­nir: «Ce que je ne veux plus dans ma vie» versus «mes rêves, mes espoirs et mes projets», tant dans la vie person­nelle que professionnelle. En sortant de cette étape, l’orientation que nous souhaitons donner à notre vie devrait être plus claire, pour une vie optimale selon les critères de chacun.

■ Phase 7: La gratitude
Notre reconnaissance envers l’ex­périence vécue nous permettra d’être prolifique en projets pour le futur. La gratitude envers nous-mêmes qui avons traversé toutes ces étapes ap­porte des bienfaits indéniables; ce­pendant, encore une fois: chacun son rythme et sa capacité de dépasser ses peurs et ses solutions de survie, ses croyances et ses certitudes. Et pour finir, il est primordial d’exprimer votre gratitude à toutes les personnes qui ont traversé le confinement avec vous, et surtout celles qui vous ont aidés et sou­tenus pour en ressortir meilleurs. Cette phase de gratitude peut bien évidem­ment se déclencher dès le départ pour encore plus de sérénité et d’accepta­tion.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc