×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Courrier des Lecteurs

Les médecins qui ont fermé leur cabinet devront se justifier

Par L'Economiste | Edition N°:5732 Le 02/04/2020 | Partager
medecins-consultation-032.jpg

■ Ne généralisez pas!
Je suis médecin libéral. Je vais à mon cabinet matin et après-midi même si les patients se font extrêmement rares en cette période de confinement. Je suis parfois appelé à voir des patients en réanimation sans protection optimale. Je ne connais pas de médecin de mon entourage qui ait fermé son cabinet, mais certains ont réduit leurs tranches horaires par manque de patients. Peut-être que quelques uns ont fermé, mais ça doit être des exceptions.
Alors, s'il vous plaît, ne généralisez pas!
H.F.

■ Les médecins libéraux sont mobilisés
Nous médecins libéraux, toutes spécialités confondues, sommes disposés à prêter  main forte à nos collègues de l'hôpital public. Nous n’attendons que le feu vert des autorités pour le faire. En parallèle, nous continuons à assurer les soins quotidiens à nos patients, à assurer les urgences dans les cliniques privées, nous discutons entre nous et je ne connais aucun confrère qui a déserté son cabinet. L’Association marocaine des cliniques privées a mis à la disposition des autorités compétentes plusieurs cliniques avec leur personnel pour faire face à cette pandémie. Nous assumons notre rôle qu'est le soin des patients, le conseil, l’écoute et sommes prêts à affronter le covid19.
A.Z.

■ Plus de patients
C’est facile de donner des ordres par l’ORM. Je suis médecin libéral et il faut savoir que les salles d’attente des cabinets privés sont des nids à virus quand il y a des patients, ce qui n’est pas le cas ces derniers jours. La réalité aujourd’hui et que dans pratiquement  90% des cabinets privés il n’y a plus un seul patient qui vient à son rendez-vous.
E.H.

■ De la téléconsultation
Sans masques et gants, vous êtes sérieux! Ce médecin qui va être un vecteur du virus pour des patients à la base malade (diabétique/cardiaque/asthmatique...) et au lieu de les soigner il va les contaminer. Ils sont ainsi plus exposés au virus. Un peu de logique s’il vous plait. Plusieurs médecins qui proposent des téléconsultations même gratuitement. Il faut passer à cette méthode qui fait parti des gestes barrières.
Y.S.

■ C’est la guerre!  
Le serment d'Hippocrate reste un lien solide entre le médecin et le patient. Vu les circonstances actuelles, toute personne ayant fait ce serment doit être mise à la disposition du patient (avec ou sans gants et masques), car on est en guerre contre un ennemi invisible qui est le covid19. Soyez courageux forts et ambitieux, l’union fait la force.
Z.B.

■ Salaires médiocres
Les médecins marocains sont impliqués corps et âme au service de la population malgré les salaires médiocres comparé aux autres pays qui se respectent. Ils sont seuls éloignés de leurs familles et face à un ennemi invisible sans se plaindre. Que voulez- vous de plus?
B.D.

■ Besoin d’équipements
Pour soigner il faut des gants et des équipements, autrement on ne soigne pas, on devient un vecteur de contamination vers des personnes elles-mêmes malades donc vulnérables. Pourquoi pensez-vous qu'on a fermé les écoles, les restaurants,  les cafés, les bars, les aéroports ... Le problème principal actuellement et la pénurie de masques et de gants. Certains, par haine, ont transformé ça en "Nos médecins sont moralement des gens mauvais". C'est triste. Imaginez un soldat qui part en guerre sans bottes, sans uniformes et sans munitions. Il faut réfléchir deux minutes avant de critiquer.
J.A.

■ Serrons-nous les coudes
Il est inconcevable dans les circonstances actuelles, de fermer son cabinet. A l’étranger, les médecins accourent pour apporter leur aide à leur pays. D’ailleurs même leurs médecins en retraite contribuent avec tout le personnel soignant, à sauver des vies humaines touchées par ce virus. C’est une période cruciale de l’histoire des peuples. Chacun doit contribuer à sauver les malades que ce soit dans les hôpitaux ou dans les cabinets privés.
M.T.

                                                                               

Les CHU en renfort pour le dépistage!

■ Généraliser les tests
Très bonne initiative mais il faut plus, beaucoup plus! Même si on doit dépenser tout l'argent du fonds de gestion contre le Covid-19 sur les tests, ca vaut largement le coup. C'est les tests et leur généralisation qui constituent la solution pour maitriser ce fléau et sortir de la crise!
C.M.

■ 11 ans pour tester tout le Maroc?
10.000 tests par jour c'est bien, sauf que sur une population de 40 millions d'habitants il faudra 4.000 jours donc presque 11 ans pour tester toute la population. Si sur 2.500 cas testés on recense 500 cas positifs, soit une personne sur 5 atteintes, il faut au minimum 800 jours pour les détecter tous... c'est compliqué tout cela. Mais soyons optimiste, en combinant avec le confinement on pourra faire mieux. Que Dieu préserve tout le monde.
 A.E.

■ Dépistage massif
La stratégie adoptée par les pouvoirs publics, à savoir le confinement de la population,  est nécessaire mais reste insuffisante. Il faut la combiner à un dépistage massif ciblé pour se rapprocher de la réalité.
A.Z.

■ Une leçon
Si l'on est arrivé à ce stade c'est à cause de la négligence des gouvernements, qui à l'apparition de la pandémie n'avait pris au sérieux le problème, au lieu de confiner les entrants dans leurs pays pour un test préliminaire, ils se sont contenté de leur donner des formulaires à remplir. Cette pandémie doit servir de leçon au monde entier pour revoir son infrastructure et plusieurs autres points. Les moyens mis en place pour la lutte contre le Covid-19 restent insuffisants sans l'application stricte et ferme des consignes de confinement.  
D.F.

                                                                               

En une semaine, un Maroc 4.0 émerge

■ e-Learning: Ça fonctionne!
Cette analyse souligne l'apparition d'opportunités qui auraient pu paraître irréalisables avant. En effet, la solidarité enclenchée par le coronavirus a démontré que l'enseignement à distance est faisable, du moins en grande partie, avec les moyens existants. Cela nous démontre aussi que le gouvernement sait travailler.
S.M.

■ Responsabilise les profs
Je ne pense pas que l’enseignement à distance pour les petits ou les jeunes soit efficace, et ce pour plusieurs raisons. Ce qu’il faut, c’est améliorer le niveau de l’enseignement dans les écoles et responsabiliser les enseignants.
S.E.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc