×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Courrier des Lecteurs

Coronavirus: Les conseils de nos lecteurs!

Par L'Economiste | Edition N°:5722 Le 19/03/2020 | Partager
coronavisrus-022.jpg

■ Restons vigilants!
Soyons vigilants en cette période de crise! Ne commettons pas les mêmes erreurs que les Français… Il faut à tout prix rester chez nous et limiter au maximum nos déplacements! Ne faites pas les mêmes erreurs que nous en France! Restez chez vous et limitez au maximum vos déplacements.
A.T.

■ Les spéculations de la honte
Face à cette crise, espérons que les actions humaines de solidarité se multiplieront! Parallèlement à cela, je suis offusqué par les personnes qui profitent de la détresse du peuple pour s’enrichir en spéculant sur les produits alimentaires, les masques ou encore les gels antiseptiques… Honte à eux!
K.P.

■ Qui va payer le loyer des cafés?
C’est excellent de fermer les cafés et les restaurants. Mais est-ce que ces derniers seront exonérés d’impôts ou encore de facture d’électricité? Qui va payer le loyer durant cette période de chômage forcé? C’est à l’Etat de trouver des solutions concrètes à ce problème!
S.S.

■ La quarantaine s’impose!
Il faut imposer la quarantaine obligatoire pour tous les citoyens. Ils doivent signer un papier qui les engage à rester chez eux, sous peine de sanctions sévères. Et ils doivent absolument être rémunérés! C'est une mesure extrême mais nécessaire à la survie de tous.
O.S.

■ Tout miser sur la com et les réseaux sociaux!
Dans cette situation de crise, toute bonne communication est on ne peut plus capitale. Et elle doit à tout prix être relayée par les journaux ainsi que toutes les formes de médias. Les réseaux sociaux, quant à eux, doivent participer activement. D’autant plus que c’est l’occasion ou jamais de prouver que ceux-ci sont véritablement «sociaux» et susceptibles de freiner cette déstabilisation de la situation sanitaire.
B.W.

■ Ne surtout pas céder à la psychose
Nous devons faire confiance aux autorités du pays, car cette situation n’est facile pour personne et aucun gouvernement au monde n’a encore réellement trouvé de solution à cette pandémie! Arrêtons donc cette psychose, parce que les humains vont devenir plus virulents que le virus lui-même! N’oubliez pas que la nature finit toujours par prendre le dessus sur le reste, et ce depuis des milliards d’années! Alors que chacun prenne ses responsabilités et se montre un tant soit peu prudent. Ne cédons pas à la panique collective!
I.I.

■ Logistique: Les lits insuffisants en nombre
250 lits spécialisés au Maroc? L’on ne parle pas d'une grippe... Environ 10% des cas du coronavirus sont graves! Mathématiquement, si on a 2500 contaminés, il y aura déjà saturation de ces chambres. Aussi, il faut absolument décréter la mise en quarantaine du pays!
A.A.

■ Réduire les déplacements des transports en commun
Il faut réduire de manière drastique le nombre d’autobus en circulation pour pouvoir réduire les déplacements inutiles à l’intérieur de nos villes. Il y a également le problème des petits taxis qui transportent jusqu’à trois personnes à la fois… En effet, seul le confinement permet de combattre ce virus!
E.L.

■ Voter pour le chômage partiel
Il faudrait rendre obligatoire l’application du chômage partiel en s’inspirant de ce qui existe déjà ailleurs sur le sujet! Qu’attend-on? Cette situation pourrait durer des semaines, voire même des mois!
A.A.

                                                                             

ressources-hydriques-022.jpg

Ressources en eau: Le Maroc a soif!

Le spectre de la soif pointe le bout de son nez dans plusieurs régions du pays, parmi lesquelles Haouz mais également Fès-Saiss et le pré-Rif. La menace de manque d’eau plane déjà sur les barrages et les nappes phréatiques. Une situation qui a fait réagir bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 04/ 03 /2020)

■ Un gaspillage qui pourrait servir
Quand je vois l’eau couler à flots en plein hiver dans nos rues et nos parcs, je me demande si l’on ne pourrait pas capter ce précieux or bleu et le préserver dans d’immenses réservoirs placés à l’extérieur des villes.
T.Y.

■ Le moteur principal de l’agriculture menacé
Il faut savoir que 90% de l’eau consommée est utilisée dans le secteur agricole, en particulier l’agriculture intensive! Il s’agit notamment des grandes structures qui font pousser les oranges, les tomates et les pastèques dans des zones arides. Une folie!
W.A.

■ Une politique d’anticipation s’impose
Les acteurs du secteur en question doivent se mobiliser et coordonner ensemble une réelle politique d’anticipation de la crise de l’eau, qui arrivera inéluctablement chez nous. Il faudra en premier lieu changer radicalement le mode de consommation des citoyens. Par exemple, et ce sur une longue durée, la classe aisée pourrait se passer de ses clubs de golf. Cette eau pourrait être utilisée par les zones arides, qui en ont véritablement besoin.
M.L.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    re[email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc