×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5719 Le 16/03/2020 | Partager

■ Interdiction d’acheter des cigarettes en Italie
Aller acheter des cigarettes ou rechercher les services d’une prostituée ne suffisent pas pour justifier une sortie nocturne en Italie, où le coronavirus a fait plus de 800 morts, ont appris à leurs dépens des contrevenants verbalisés. Un homme de 33 ans a été surpris de nuit à Turin (Piémont, nord) en train de se balader et «l’homme, qui a semblé très embarrassé, a reconnu par la suite devant les policiers qu’il était à la recherche d’une prostituée», selon l’agence AGI. Un autre, un chômeur de 40 ans, a été intercepté à 04H00 du matin à bord de sa voiture par des carabiniers auxquels il a assuré qu’il sortait pour acheter des cigarettes, mais comme il se trouvait en dehors de sa commune de résidence, l’excuse n’a pas fonctionné, selon la même source. Le gouvernement italien a interdit tous les déplacements qui ne seraient pas strictement liés au travail ou à des motifs de santé pour tenter d’enrayer l’épidémie de coronavirus.
Les premières sanctions sont tombées mardi avec la verbalisation de 48 personnes qui participaient à un cortège funèbre en Sicile, contrevenant eux aussi aux dispositions du gouvernement.

■ Coronavirus: Des  «Schtroumpfs» en France font le buzz

vari-insolite-019.jpg

La vidéo a fait fureur sur les réseaux sociaux: le rassemblement de 3.500 «Schtroumpfs» samedi dans l’ouest de la France, en pleine crise du coronavirus, s’est taillé un joli succès mais s’est aussi attiré les critiques de la presse italienne, qui dénonce un rassemblement «irresponsable». «Il ne faut pas qu’on s’arrête de vivre non plus tant qu’on peut, c’était occasion de dire aussi qu’on est en vie!», s’est exclamé mardi le maire de Landerneau, commune d’environ 15.000 habitants près de Brest, dans l’ouest de la France, où a été organisé le rassemblement. Corps et visages peints en bleu, bonnets blancs sur la tête, quelque 3.500 personnes s’étaient grimés en «Schtroumpfs», ces célèbres petits personnages de la bande dessinée de l’auteur belge Peyo, pour danser, s’amuser et battre le record du plus grand rassemblement de Schtroumpfs du monde. «On s’est dit qu’un peu de légèreté en ce moment, ça ne fait pas de mal», disait une participante. «C’est rien, le coronavirus, y’a pas de risques!» s’exclamait un autre. La vidéo a eu plus d’un demi-million de vues sur Twitter. «On s’est conformés à ce qui était prescrit par l’État français et les préfectures» afin que le rassemblement se déroule «en toute sérénité», a souligné le maire, insistant sur le fait qu’il n’y avait pas encore samedi d’interdiction en France de rassemblements de plus de 1.000 personnes. La mesure a été prise dimanche par le gouvernement français.  Le quotidien «La Repubblica» qualifie ce rassemblement de «potentielle et très dangereuse bombe virale», alors que le quotidien basé à Rome «Il Messaggero» estime lui que cette manifestation s’est tenue «en dépit de tout bon sens».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc