×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5684 Le 27/01/2020 | Partager

    ■ Lettre morte
    Un ancien postier japonais risque des poursuites après la découverte chez lui par la police d’une montagne de courrier accumulé sur des années et qu’il avait trouvé, selon les médias, «trop barbant» de distribuer. L’ancien facteur a été «entendu par le procureur pour violation présumée de la loi postale». Les médias japonais ont rapporté que l’homme âgé de 61 ans avait, dans son domicile de Kanagawa, près de Tokyo, quelque 24.000 pièces envoyées entre 2003 et 2019. Selon les médias japonais, l’ancien postier aurait avancé aux policiers qu’il trouvait «trop barbant de les distribuer». «Je ne voulais pas que mes collègues pensent que j’étais moins capable que les jeunes», avait-il ajouté. S’il est reconnu coupable, il risque une peine de prison de moins de trois ans et jusqu’à 500.000 yen (4.100 euros). Japan Post l’a limogé lorsque l’affaire a été découverte fin 2019 et a présenté ses excuses pour la non-distribution du courrier, promettant de faire en sorte que les lettres et paquets découverts arriveraient finalement à destination.

    ■ Il trouve plus 43.000 dollars et les restitue
    Un habitant du Michigan (Etats-Unis) a eu la surprise de découvrir la semaine dernière 43.170 dollars en liquide dissimulés à l’intérieur d’un canapé d’occasion. L’argent se trouvait dans le coussin du repose-pieds qui accompagnait le sofa, acheté par Howard Kirby décembre dernier dans le magasin de seconde main d’une association caritative. Sa fille a alors observé de plus près le coussin et a découvert à l’intérieur une boîte contenant les billets de banque. L’homme a estimé qu’il ne serait pas correct de garder l’argent, même si un avocat lui a assuré qu’il en avait tout à fait le droit. L’Américain a alors appelé le magasin d’occasion pour savoir qui leur avait fait don du canapé. Il s’agissait de Kim Fauth-Newberry, dont le grand-père décédé l’an dernier était le propriétaire du sofa. Au grand étonnement de la femme, Howard Kirby lui a restitué les quelque 43.000 dollars. Il a en revanche choisi de conserver le canapé. 

    Un restaurant facture les questions «stupides»

    Le Tom’s Diner restaurant, situé à Denver dans le Colorado (Etats-Unis), ajoute un supplément de 38 cents, soit 34 centimes d’euros, sur la note d’un client pour chaque «question idiote» posée, rapporte le quotidien américain Today. Ce supplément apparaît clairement sur la facture. Sur le ticket de caisse, après les deux plats facturés au client, la mention «Question stupide» apparaît. Cette taxe, dont le prix a varié au fil des années, apparaît comme un supplément sur le menu depuis plus de 20 ans et fait la particularité de ce restaurant ouvert 24h/24. «Il arrive régulièrement que des clients soient déçus de ne pas être facturés pour avoir posé une question stupide, alors ils en posent une volontairement pour que le serveur l’ajoute ensuite sur la note», précise un ancien cuisinier du restaurant. La majorité des clients comprend que c’est une blague et quelque chose de ludique», explique Hunter Landry, gérant du lieu. «Quand nous avons une table amusante qui nous rejoint ou quand ils posent des questions sur cette taxe, c’est toujours amusant de l’ajouter», précise-t-il. «C’est une manière de ne pas se prendre au sérieux», conclut-il.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc