×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Placements: Huit ans après, le PEA n'a toujours pas décollé

Par Franck FAGNON | Edition N°:5679 Le 20/01/2020 | Partager
Moins de 30 millions de DH d'encours
Le relèvement du plafond à 2 millions ne convainc pas
Des revenus faibles et l'apathie de la Bourse expliquent en partie le flop
epargne-marocains-079.jpg

La prise de risque est très peu tolérée par les épargnants surtout lorsque les revenus sont faibles. Une bonne partie des Marocains n'arrive pas à mettre de l'argent de côté, relève régulièrement le HCP dans l'enquête sur le moral des ménages

Au moment du lancement du Plan épargne actions (PEA) en 2011, les professionnels avaient émis des réserves sur le produit. Huit ans après, les chiffres leur donnent raison. De décollage, il n'y en a pas eu. L'encours se limitait à 30 millions de DH à fin mars 2019 (dernières données disponibles).

Le gouvernement a mis beaucoup de temps à se décider à réaménager le produit. Il reste que les ajustements introduits par la loi de finances 2020 laissent perplexes. Parmi les mesures espérées pour relancer le produit, seul le relèvement du plafond du plan de 600.000 DH à 2 millions de DH a été retenu. «Je ne pense pas que ce soit l'élément qui va assurer l'envol du PEA», doute le directeur d'une société de Bourse.

Les professionnels avaient suggéré un alignement de la fiscalité du PEA sur celui d'autres produits comme l'assurance-vie avec un avantage à l'entrée et à la sortie. Aujourd'hui, les souscripteurs au PEA bénéficient de la carotte fiscale au bout de cinq ans de détention du plan.

Mais les raisons de l'échec du PEA ne sont pas uniquement liées aux caractéristiques du produit et l'une d'elles est plutôt simple: «Pour une bonne partie des Marocains, les revenus sont trop faibles pour épargner», relève un expert. Ce constat est régulièrement relevé dans l'enquête du HCP sur le moral des ménages.

masi-079.jpg

Au-delà des caractéristiques du produit, la Bourse ne donne pas vraiment envie d'y investir. Certains épargnants se sont cassés les dents sur des valeurs vedettes ces dernières années, ce qui a détourné beaucoup de particuliers du marché

Le solde d'opinion sur leur capacité à épargner est structurellement négatif. Pour ceux qui ont la possibilité de mettre de l'argent de côté, le manque de culture boursière et la méconnaissance des supports de placement existants entraînent une orientation du cash sur les produits d'épargne bancaires (compte sur carnet, dépôts à terme). Ou alors, l'argent dort dans les comptes courants.

L'immobilier draine aussi une bonne partie de l'investissement des ménages, mais les opportunités y sont plus rares aujourd'hui. La Bourse est rarement une option de repli en raison de sa physionomie. «Le PEA s'adresse aux petits épargnants et il faut qu'il y ait une certaine dynamique en Bourse pour les encourager à y investir», analyse un professionnel. Le manque d'introductions en Bourse et la faible liquidité du marché ont plombé la cote du marché.

Par ailleurs, des épargnants se sont cassés les dents sur certaines valeurs ces dernières années, ce qui a refroidi plus d'un. Certains ont même vu leurs économies partir en fumée en raison des déboires de certaines valeurs vedettes de la Place. Cela fait partie des risques liés à l'investissement en Bourse.

«Ce sont des épisodes qui freinent les velléités des particuliers», relève un spécialiste. D'où l'intérêt d'être bien conseillé ou bien de passer par des véhicules spécialisés notamment les OPCVM pour intervenir sur le marché. «Il y a un travail de vulgarisation du PEA comme des autres produits à approfondir pour les mettre à proximité de leur cible», estime un banquier.

F.Fa

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc