×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Rendez-moi mon GMT SVP!

    Par Hamid BOUABID | Edition N°:5673 Le 10/01/2020 | Partager

    Hamid Bouabid est professeur à l’Université Mohammed V de Rabat. Physicien, scientomètre et spécialiste de l’évaluation de la recherche scientifique, il est auteur de plusieurs publications scientifiques et rapports d’évaluation (Ph. HB)  

    L’heure dans notre pays n’est hélas pas encore stabilisée. Au-delà d’une simple horloge, le temps est la 4e dimension dont dépend tout l’univers et de ce fait, tout être humain.

    A l’ère du quantique, ajouter 60 minutes revient à décaler son repère temporel de 60 milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de temps de Planck (unité de mesure de temps, une minute est égale environ 11,13 x 10+44 temps Planck et une heure équivaut donc à 60 minutes x 10+45  temps Planck). Pour perdre ou gagner naturellement 60 minutes, la terre elle-même prend progressivement au moins 30 jours. C’est cela le véritable effet sur le mode de vie de tout Marocain.

    L’étude présentée par l’ancien département en charge de la fonction publique sur le changement de l’heure légale évoquait trois principales raisons de ce changement: l’économie d’énergie, l’alignement sur le principal partenaire commercial (l’Europe), et le troisième temps en fin de journée.

    Cependant, aucune de ces raisons ne tient la route. Primo, la supposée économie d’énergie est illusoire. Car, en été, le jour s’allonge autant le matin que l’après-midi et, par conséquent, déplacer le curseur de l’heure légale est sans incidence de gain sur la consommation.

    En hiver, au réveil il fait encore noir. Dans chaque foyer, toutes les pièces sont illuminées faisant tourner les compteurs à grande vitesse. Idem dans les écoles, les usines et les bureaux où les compteurs d’électricité tournent jusqu’à une heure bien tardive le matin. Dans ce schéma, ajouter 60 minutes à l’heure légale ne fait que remplacer la pseudo-consommation optionnelle en fin de journée par une consommation inévitable et si importante tôt le matin.

    Quant à la deuxième raison, l’étude sur laquelle s’était appuyé le gouvernement apporte elle-même la réponse. A la page 21 de son rapport,  il est rapporté que «87% des entreprises enquêtées, qui travaillent avec des partenaires étrangers, n’observent aucun effet du changement de l’heure légale sur leur commerce, et l’analyse de l’évolution du commerce extérieur au Maroc ne montre aucun effet apparent de l’heure d’été».

    Une épreuve pour les familles

    Enfin, la dernière justification du passage à GMT+1, celle de favoriser le troisième temps, ne semble pas très convaincante pour l’unique raison qu’une personne souffrant des méfaits de l’heure d’été, épuisée de la fatigue générée par celle-ci, et irritée par le stress, aura tout le mal du monde à songer à un quelconque troisième temps. Ce soi-disant temps de loisir est une vue d’esprit.

    En somme, le GMT+1 est juste une nouvelle épreuve pour les familles marocaines et des milliers d’employés des usines qui n’en avaient pas besoin. Les parents disent avoir assez.  Les pédiatres disent que les enfants souffrent. Les instituteurs disent que les élèves sont fatigués. Les lèves-tôt disent qu’ils ne se sentent pas en sécurité dehors. Seul le gouvernement disait que c’est sans impact majeur!

    Pour cette question de l’heure légale, il suffit de se fier à l’astronomie pour se convaincre du fuseau du Maroc. On considère l’équinoxe de printemps (autour du 20 mars) ou celui d’automne (autour du 22 septembre), où le jour a une durée égale à celle de la nuit.

    On observe par exemple pour le 20 mars (c’est aussi le cas pour le 22 septembre), que la mi-journée, qui correspond à Dohr, où la longueur de l’ombre d’un objet en verticale est égale à sa propre longueur, est à 13h40, selon le ministère des Habous, dans le cas du GMT+1.

    Elle devrait être naturellement à 12h40, soit alors la véritable moitié du jour. De même, le lever du soleil (Chorouk) advient à 7h29 dans le cas de GMT+1 alors qu’il le devrait à 6h29 pour que la journée soit effectivement partagée en 4 parts quasi égales en cet équinoxe. C’est incontestablement le GMT.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc