×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5673 Le 10/01/2020 | Partager

    ■ L’armée canadienne débordée par l’engouement pour Pokémon Go
    La sortie de Pokémon Go en 2016 a pris de court l’armée canadienne, confrontée à l’irruption soudaine sur des bases militaires d’inconnus tentant d’attraper un maximum de créatures du jeu mobile utilisant la réalité augmentée, révèlent des documents internes obtenus par la télévision publique. En l’espace de quelques semaines, des millions d’adeptes dans le monde sont partis à la chasse à Pikachu et autres créatures imaginaires dans la vie réelle grâce à Pokémon Go, s’aventurant parfois dans des lieux strictement interdits. Plus de trois ans plus tard, des documents obtenus par la chaîne CBC en vertu de la loi d’accès à l’information montrent à quel point l’armée canadienne a été surprise par l’augmentation du nombre de suspects interceptés en peu de temps sur les bases militaires à travers le Canada après la sortie de la populaire application. Le major Jeff Monaghan, de la base de Kingston en Ontario, écrit dans un courriel: «Merci d’avertir les commissaires que le Fort Frontenac est apparemment devenu un PokéGym et un PokéStop» pour attraper des Pokémons.
     «Pour être tout à fait honnête avec vous, je n’ai aucune idée de quoi il s’agit», ajoute-t-il selon la CBC, qui a mis la main sur près de 500 pages de documents. Au moins trois agents de la police militaire, dans différentes bases du pays, se sont même vu confier une mission singulière: explorer ces installations, téléphones et calepins en main, à la recherche d’infrastructures virtuelles de Pokémon.

    ■ Un magicien propose ses «pouvoirs psychiques» au gouvernement britannique

    caroi-insolite-073.jpg

     

    Depuis 50 ans, Uri Geller prétend tordre des cuillères par la seule force de son esprit. Le célèbre magicien propose maintenant de mettre ses «pouvoirs psychiques» au service du gouvernement britannique pour faire plier l’Union européenne sur le Brexit. Le Britannico-Israélien de 73 ans a postulé par une lettre envoyée à Dominic Cummings, conseiller spécial du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui avait appelé début janvier les «tordus» et les «marginaux avec des compétences bizarres» à travailler pour les services du gouvernement. «Vous dites que vous cherchez quelqu’un aux frontières de la science prédictive? Eh bien, ne cherchez pas plus loin», a écrit Uri Geller dans sa lettre de motivation commençant par «Cher Dom», consultée par l’AFP mercredi. «J’ai de vrais pouvoirs psychiques, il suffit de demander au Mossad (renseignement israélien), à la CIA (renseignement américain) ou au Pentagone» (département américain de la Défense), y déclare-t-il, affirmant que sa carrière publique de magicien n’était en fait qu’un «masque parfait» pour cacher son activité d’espion pour les services secrets américains et israéliens.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc