×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5660 Le 23/12/2019 | Partager

    ■ Une maison microscopique!

    cari-insolite-060.jpg

    Les micromaisons ont le vent en poupe mais celle présentée mercredi par une université canadienne bat tous les records: longue de 10 microns, elle est «la plus petite maison» du monde, selon ses concepteurs. Conçue selon l'esthétique des maisons en pain d'épices typiques de la période de Noël, elle a été taillée dans du silicone au moyen d'un rayon ionique, qui agit comme une sableuse, le tout sous l'oeil d'un microscope électronique, explique le chercheur à l'origine du projet, Travis Casagrande. Des photos spectaculaires diffusées par le Centre canadien de microscopie électronique montrent une maison affichant un luxe de détails, notamment les petites briques de la cheminée, les entourages de fenêtres ou un paillasson en forme de drapeau canadien. Longue de 10 microns (1 micron: 1 millième de centimètre) et large de six, elle est bien plus petite qu'une micromaison similaire réalisée l'an dernier par un laboratoire français de Besançon, Femto-St, assure l'université canadienne. Elle affirme toutefois n'avoir pas cherché à battre un quelconque record. La maison est posée sur la tête d'un bonhomme de neige: l'ensemble est photographié à côté d'un cheveu humain... qui ressemble à un énorme tronc d'arbre sous le microscope.

    ■ Une clone de la princesse Leia mène sa propre guerre des étoiles
    Pétition à la main, Kristin Grady mène sa propre guerre des étoiles à Hollywood: toute vêtue de blanc et avec des tresses en macarons comme la princesse Leia, elle milite pour la reconnaissance sur Hollywood Boulevard de Carrie Fisher, la défunte actrice qui a incarné ce rôle. Comme des centaines d'autres stars, Mark Hamill, qui joue Luke Skywalker dans la saga, et Harrison Ford (Han Solo), ont été honorés par une étoile sur le célèbre Walk of Fame qu'arpente sans relâche Kristin Grady. Mais pas Carrie Fisher, s'indigne la jeune femme de 33 ans. «C'est absurde!», lance-t-elle à l'AFP. «Les deux stars masculines ont des étoiles mais la vedette féminine de Star Wars non», s'agace Kristin Grady, qui en a fait un combat «féministe».  Elle a déjà recueilli près de 6.000 signatures demandant une étoile pour Carrie Fisher et profite de la sortie du dernier épisode de la saga Star Wars, «L'Ascension de Skywalker», pour en obtenir d'autres. Beaucoup des fans qui se pressent devant le Chinese Theatre, où le dernier épisode est projeté en avant-première, ignorent d'ailleurs que l'actrice a été boudée de la sorte et signent volontiers la pétition. Aussi louable soit-elle, cette initiative a peu de chances d'aboutir, explique à l'AFP Ana Martinez, responsable du Walk of Fame pour la Chambre de commerce d'Hollywood. Avant d'avoir une étoile, il faut obtenir l'autorisation de la famille du défunt et déposer une demande officielle au moins cinq ans après la date du décès.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc