×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5646 Le 03/12/2019 | Partager

    ■ Tenir la rampe d’un escalator n’est pas une obligation
    Tenir la rampe d’un escalator n’est pas une obligation, a tranché vendredi la Cour suprême du Canada, donnant raison à une plaignante qui contestait son arrestation dans le métro de Montréal pour ne pas avoir respecté un pictogramme en ce sens. Ce jugement unanime des neuf juges de la plus haute instance judiciaire du pays met un terme à une saga qui durait depuis dix ans. Une mère de famille, Bela Kosoian, avait été arrêtée en mai 2009 dans le métro de Montréal pour avoir refusé d’obéir à un ordre d’un policier qui lui avait intimé de tenir la rampe d’un escalier mécanique, conformément aux indications d’un pictogramme. Mme Kosoian, qui avait aussi refusé de s’identifier, avait reçu un constat d’infraction de 100 dollars canadiens (66 euros) pour avoir désobéi à un pictogramme et un autre de 320 dollars (212 euros) pour entrave au travail des policiers. Après avoir été acquittée de ces amendes par un tribunal administratif, Mme Kosoian avait intenté des poursuites au civil contre la Société de transport de Montréal (STM) et le policier en estimant que son arrestation était «illégale».

    ■ Une paire de bottes portées par Napoléon cédée à plus de 117.000 euros
    Une paire de bottes portées par Napoléon Ier dans son exil à Sainte-Hélène a été adjugée vendredi chez Drouot à Paris pour 117.208 euros (frais inclus), a-t-on appris auprès de la maison Binoche et Giquello qui organisait la vente. Cette paire de bottes, dite «à l’écuyère», de 48 cm de hauteur, en fin maroquin noir à semelles à petits talons, était estimée entre 50.000 et 80.000 euros. Elle avait été prêtée par le général Henri-Gatien Bertrand (1773-1844), compagnon de l’empereur sur l’île anglaise, au sculpteur Carlo Marochetti (1805-1867) alors que celui-ci travaillait sur une sculpture équestre pour le tombeau de Napoléon.

    ■ Un restaurant fait salle comble avec des insectes cuisinés

    cari-insolite-046.jpg

    Nems farcis aux fourmis, samoussas de tarentule, beignets de vers à soie, brochettes de scorpions... Un restaurant, ouvert par deux Français et spécialisé dans des plats gastronomiques à base d’insectes, fait salle comble au Cambodge. «Nous voulons montrer qu’il est possible de préparer des aliments de qualité avec des insectes», explique à l’AFP Davy Blouzard, l’un des co-fondateurs. Originaire de Mâcon (centre-est), il a élaboré les recettes avec son cousin et un chef cambodgien, Seiha Soen.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc