×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Les nouveaux chantiers de Nadia Fettah

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5644 Le 29/11/2019 | Partager
    Des plans d’action pour relancer le secteur
    Refonte de l’approche de développement des stations du plan Azur

    Devant la Commission de l’agri­culture et des secteurs productifs de la Chambre des conseillers, Nadia Fettah a fait bonne impression. La nouvelle ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Economie sociale, semble avoir enterré la vision 2020 pour se concentrer sur les programmes d’action dans divers domaines.

    L’un porte sur le soutien et l’amélioration du produit. Ainsi, son plan d’action pour activer l’investisse­ment touristique nécessite la présentation d’un appui financier et technique pour les projets d’investisseurs publics et privés. L’idée est de les mettre en valeur ou de les sauver. Un soutien sera apporté aux PME qui souhaitent investir dans le do­maine, particulièrement dans l’animation.

    L’autre axe porte sur la dynamisation de l’investissement mixte et le financement concessionnel à travers l’intégration des fonds souverains dans ce créneau. Il est également question de développer l’inves­tissement à travers l’intégration des capi­taux privés (private equity) dans l’inves­tissement touristique. Nadia Fettah veut également activer les fonds de garantie et dynamiser le financement bancaire pour développer l’investissement dans le tou­risme.

    Sur l’offre balnéaire, l’idée est de renforcer Agadir, redynamiser la station d’Essaouira Mogador et de consolider les centres émergents comme notamment Moulay Bousselham et El Oualidia. Le ministère veut lancer une étude de ter­rain pour une révision de l’approche de développement des stations touristiques du plan Azur. La promotion de l’investis­sement touristique n’est pas en reste.

    Dans son exposé devant les parlementaires, Nadia Fettah n’a pas omis d’aborder un aspect décisif qu’est le tourisme culturel. Elle propose de maintenir le soutien et l’accompagnement des programmes de valorisation des médinas et du reste des villes programmées.

    Cette offre doit être complétée par l’élaboration de modèles conformes aux parcours touristiques ins­crits dans le cadre de ces programmes (Fès comme modèle). Idem pour le tou­risme rural. Il s’agira d’accompagner les programmes de développement de l’éco-tourisme dans les régions et de renforcer les centres très fréquentés par les touristes.

    Au niveau de la communication ins­titutionnelle et numérique, elle propose d’amender de façon permanente l’ap­proche suivie dans la promotion touris­tique à travers un plan d’action clair qui reprend contact avec l’ensemble des mar­chés, et avec le retour en force de l’ONMT dans le domaine de la communication. D’autres mesures portent sur le soutien de la gestion de l’image de la destination sur Internet pour renforcer la commercialisa­tion de la destination.

    Liaisons aériennes

    Sur le registre de la distribution, les actions à mener sont identifiées. L’une porte sur la poursuite de la coopération avec les différents tour-opéra­teurs et la contractualisation avec de nouveaux. Une collaboration avec les lea­ders en Europe est recommandée. L’idée est d’étendre la programmation de la destination Maroc, à travers leurs filiales en Chine et en Europe de l’Est. Il faut aussi aller investir des marchés chinois, américains et hindous pour accrocher leurs tour-opérateurs et leurs agences de voyages. Sur le plan local, elle appelle à renforcer les liaisons aériennes avec les différentes zones touristiques parti­culièrement Rabat, Ouarzazate, Agadir, Tanger et Dakhla. Celles qui existent doivent être soutenues et consolidées pour garantir leur pérennité.

    Mohamed CHAOUI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc