×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Echange d’informations: Bruxelles renforce son arsenal de sécurité

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5628 Le 04/11/2019 | Partager
    Des propositions relatives à l'interopérabilité
    Contre les fake news les plateformes en ligne sommées d’adopter d’autres mesures

    La législation de l’UE en matière de sécurité se renforce. Pour cela, la Commission européenne a pris des initiatives dans plusieurs domaines clés dont notamment la lutte contre le terrorisme, l'échange d'informations, la lutte contre la radicalisation et la cybersécurité. Dans un récent rapport, l’institution met l’accent sur plusieurs points.

    ■ Amélioration de l'échange d'informations: Les Etats membres échangent plus d'informations que jamais auparavant, notamment grâce à l'aide apportée par des agences de l'UE telles qu'Europol. Toutefois, pour combler les lacunes qui persistent en matière d'information, il est essentiel que les systèmes puissent communiquer les uns avec les autres. C'est pourquoi la Commission a fait de la mise en œuvre, d'ici à 2020, des propositions relatives à l'interopérabilité sa priorité absolue en matière de sécurité. Le Parlement européen et le Conseil sont invités à parvenir rapidement à un accord sur toutes les propositions législatives en instance concernant les systèmes d'information en matière de sécurité, y compris la mise en œuvre technique de l'ETIAS (système européen d'information et d'autorisation de voyage) et le renforcement du système d'information sur les visas.

    ■ Cybersécurité: Bruxelles a renforcé sa cyber-résilience et s'emploie désormais à assurer la cybersécurité des réseaux 5G. A la suite de l'évaluation coordonnée des risques, les Etats membres devraient maintenant s'entendre sur une panoplie de mesures d'atténuation d'ici au 31 décembre.

    ■ Désinformation: Les efforts se poursuivent pour lutter contre la désinformation et protéger l'intégrité des élections grâce au code de bonnes pratiques signé en octobre 2018, qui repose sur l'autorégulation. Un an plus tard, alors que des efforts satisfaisants ont été déployés par les signataires, il convient que les plateformes en ligne adoptent des mesures supplémentaires. Et ce, en particulier lorsqu'il s'agit de donner aux consommateurs des moyens d'action et de respecter les engagements.

    ■ Contenus à caractère terroriste en ligne: Etant donné la menace permanente qu’ils représentent, la Commission invite le Parlement européen et le Conseil à parvenir à un accord sur la législation proposée d'ici à la fin de l'année 2019. Parallèlement, des partenariats volontaires avec les plateformes en ligne ont permis de faire avancer les travaux.

    PNR, anti-terrorisme

    Plusieurs actes législatifs essentiels en matière de sécurité, en ce qui concerne le terrorisme et la cybercriminalité, ne sont pas encore pleinement mis en œuvre par tous les Etats membres. Il s'agit notamment de dossiers prioritaires tels que l'échange des données des dossiers passagers (PNR) et la directive relative à la lutte contre le terrorisme. Treize Etats membres seulement mettent en œuvre les règles sur les restrictions d'accès aux armes à feu et 21 autres doivent encore transposer celles en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux. En outre, 23 pays n'appliquent toujours pas les mesures criminalisant les abus sexuels commis contre des enfants et quatre ne respectent pas la législation relative aux attaques contre les systèmes d'information.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc