×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5619 Le 22/10/2019 | Partager

    ■ Des chanteurs folkloriques pour éduquer sur la finance
    La banque centrale du Kirghizstan a fait appel à de célèbres chanteurs folkloriques pour éduquer la population de ce pays pauvre d'Asie centrale sur la finance, les taux d'intérêt et la bonne gestion du budget personnel. La banque explique vouloir utiliser «des moyens traditionnels, historiques» pour expliquer son travail dans cinq publicités mettant en scène des chanteurs coiffés des traditionnels chapeaux en feutre et jouant le komuz, un luth kirghiz. «Ce n'est pas facile pour une personne ordinaire de comprendre ce que fait la banque centrale», souligne-t-elle dans un communiqué diffusé par les médias locaux. Dans la première publicité, le célèbre barde Baïan Akhmatov félicite la banque pour sa maîtrise de l'inflation: «Sans cela notre économie s'effondrerait», chante-t-il, ajoutant que les gens «se battent littéralement pour l'argent et le crédit». La banque centrale a précisé que les spots expliqueront les taux de change et la politique monétaire, mais également la gestion du budget familial. Les taux d'emprunt élevés pour les particuliers (plus de 20%) sont une source de mécontentement dans le pays. Ces dernières années, des débiteurs ont manifesté devant des banques et des organisations de microcrédit pour protester contre ce qu'ils estiment être des conditions de remboursement trop sévères et des méthodes de recouvrement de créances musclées.

    ■ Ils gagnent... contre un club en grève!

    cari_insolite_019.jpg

     

    Les Tigres d'André-Pierre Gignac subissent une pluie de critiques au Mexique pour avoir gagné un match en marquant deux buts sans résistance de leurs adversaires, en grève. Alors que les joueurs de Veracruz sont restés immobiles pendant les quatre premières minutes du match pour protester et réclamer des salaires impayés, le Chilien Eduardo Vargas puis Gignac ont profité de leur passivité pour marquer un but chacun. A la fin du match, remporté 3-1 par les Tigres, les joueurs de Veracruz ont dédié des applaudissements sarcastiques à leurs adversaires. «Ils savaient que nous allions rester immobiles trois minutes, c'est triste», a déploré le défenseur de Veracruz Carlos Salcido après le match, assurant qu'ils s'étaient mis d'accord pour ne pas toucher au ballon pendant ce temps. «Ils nous ont dit qu'ils allaient s'arrêter une minute, puis trois. Je leur ai dit que nous n'allions rester immobiles qu'une minute», a rétorqué le capitaine des Tigres, l'Argentin Guido Pizarro.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc