×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Meknès: Laenser trace les priorités

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5614 Le 15/10/2019 | Partager
    Le budget de 2020 s’élève à 840 millions de DH
    La lutte contre les disparités en milieu rural prioritaire
    Des projets structurants pour les routes et l’éducation… aussi
    mohand_laenser_014.jpg

    Le discours de Mohand Laenser n’a pas pris une ride. Le patron du MP tient d’une main de fer la gouvernance du Conseil régional de Fès-Meknès. Avec l’appui des élus PJD, il a réussi le vote de son calendrier de 2020 à l’unanimité (Ph. L’Economiste)

    La ténacité politique de Mohand Laenser n’a pas pris une ride. A la tête du Conseil régional Fès-Meknès depuis 3 ans, le secrétaire général du Mouvement popu­laire a tracé les priorités pour 2020. C’était lors de la session du mois d’octobre, tenue lundi dernier. Connue pour être l’assem­blée du budget, cette session était l’occa­sion pour le doyen des présidents de région de défendre ses choix, dresser son bilan, et faire de la pédagogie. Décryptage.

    ■ Des prévisions budgétaires triennales, une première!
    Pour 2020, le budget du conseil régio­nal s’établit à 840 millions de DH. Selon les recettes adoptées lors de la session, ce budget sera constitué à hauteur de 394 mil­lions de DH par l’IR, l’IS et la TVA, de 14 millions de DH des impôts locaux, et 4,3 millions de DH des ressources propres de la région. A noter que le budget général de l’Etat y participe par 205,4 millions de DH. Mais la nouveauté dans la gouvernance régionale est celle relative à une prévi­sion budgétaire triennale. «Nous sommes précurseurs dans ce domaine», explique Laenser. Selon lui, le budget prévisionnel des années 2021 et 2022 sera respective­ment de 870 millions et 890 millions de DH. S’agissant des dépenses de gestion, le Conseil entend réaliser une économie bud­gétaire à ce niveau de l’ordre de 8,5%, pas­sant ainsi de 163 millions de DH en 2019 à 149,2 millions de DH en 2020, soit 17,8% du budget. Il en est de même pour les pré­visions des dépenses de gestion des années 2021 et 2022 qui devraient s’établir respec­tivement à 149,1 et 147,8 millions de DH. S’agissant du budget d’équipement, celui-ci est dédié aux projets structurants pour un montant de 690,7 millions de DH, soit 82,2% du budget total. Dans cette rubrique, les élus ont affecté quelque 15,5 millions de DH pour le paiement des crédits du Fonds communal d’équipement (FEC), le finan­cement du programme de réduction des disparités territoriales de 2020 (419,4 mil­lions de DH), les engagements de la région dans le cadre de ses partenariats (178,75 millions de DH), outre le financement des projets du plan de développement régional (PDR) (72,35).

    ■ Plus de 1,2 milliard de DH pour 177 projets, le bilan
    Epaulé par les élus PJD, majoritaires à Fès-Meknès, Laenser réussit bien sa mis­sion à la tête de la région. Surtout lorsqu’il s’agit de «défendre le financement des pro­jets selon les priorités régionales ou encore les prérogatives du conseil». A Mustapha Mrizek et Mohamed Hejira, tous deux élus PAM (opposition), qui l’interrogeaient sur la part de la localité de Timahdit dans le bud­get régional, l’homme a fait de la pédago­gie politique. «La Région finance les projets d’envergure pas ceux relevant des préroga­tives des conseils communaux», explique-t-il. Plus intéressant, le duel entre majorité et opposition sur la question du financement des projets des jeunes par les biais de la région qui s’est vue octroyée une ligne de crédit par le FEC ainsi que la Société finan­cière internationale (SFI). A cet effet, Laen­ser s’est montré clair: «Le financement de tout projet est régulé par la loi». Et de rap­peler que «la région a consacré un budget de 1,26 milliard de DH à la réalisation de 177 projets relatifs au programme de réduc­tion des disparités territoriales et sociales en milieu rural. Cette enveloppe finance l’aménagement des routes et pistes rurales (843 millions de DH), l’électrification du monde rural (150 millions de DH), le rac­cordement à l’eau potable (225 millions de DH) et le secteur de la santé (1,27 million de DH), outre le secteur de l’enseignement (45 millions de DH). Par ailleurs, 120 autres projets seront initiés pour un investissement de 786 millions de DH. Ces projets seront réalisés par le Conseil régional ou l’Agence régionale d’exécution des projets, avec un taux d’engagement de 70%. Le reste (57 projets) sera réalisé à travers les partenaires spécialisés ou par les collectivités locales pour investissement de 480 millions de DH.

    ■ La mobilisation des partenaires en priorité
    Le Conseil régional veille également à la pour­suite de l’exécution d’une série de projets, en partena­riat et en coordination avec tous les partenaires. Priori­taire pour la région, l’appui des établissements d’ensei­gnement bénéficiaires du programme «Éducation se­condaire» connaît ainsi une nouvelle impulsion. Inscrit dans le cadre du programme de coopération (Compact II) conclu entre le Maroc et le Millennium Challenge Corporation (MCC), ce pro­jet vise l’amélioration de la qualité et la pertinence des programmes d’enseignement secondaire (collèges et lycées) et l’équité d’accès à cet enseignement. «D’un investissement de 11,842 millions de DH, ce projet tend à doter les jeunes de la région des capacités nécessaires pour réussir leurs vies scolaire, professionnelle et personnelle, à travers les sciences technologiques, l’ingénierie et les mathématiques au niveau de l’enseigne­ment secondaire», explique-t-on auprès du Conseil régional. Et de poursuivre: «avec la Fondation internationale pour la jeu­nesse (IYF-Maroc), nous ciblons environ 20.000 élèves bénéficiaires dans divers programmes éducatifs». D’une durée de deux ans et cinq mois, ce projet profitera à quelque 2.800 élèves dans le cadre du programme «passeport pour la réussite», 12.240 élèves au titre du programme «le sport pour les développements» et à quelque 4.160 élèves dans le cadre du pro­gramme «STEM» (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques), outre le pro­gramme de formation des formateurs, qui bénéficiera à 400 enseignants.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc