×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Tourisme: L’ONMT liste ses priorités

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5542 Le 25/06/2019 | Partager
    Les résolutions du dernier conseil d'administration
    Tourisme interne, campagne internationale, digital, marque Maroc... les priorités

    2019 est une année cruciale qui sera marquée par la concrétisation des différents chantiers de l'Office national marocain du tourisme (ONMT). Campagne de communication internationale, nouvelle approche digitale, déploiement de la marque Maroc sur le social media (réseaux sociaux) ou encore la gestion de la relation client... Ce sont là les principales résolutions adoptées lors du dernier conseil d'administration de l'Office, tenu le vendredi 21 juin à Rabat sous la présidence du ministre de tutelle, Mohamed Sajid, en présence de Adel El Fakir, DG de l'ONMT. Très attendu, ce conseil a permis d'examiner l'ensemble des indicateurs du secteur du tourisme, de s'enquérir de l'état d'avancement des grands chantiers du plan d'action 2019 ainsi que le bilan de performance du premier semestre de cette année.

    Fort de 12,3 millions d'arrivées en 2018, le bilan fait que la destination Maroc maintient sa première position en Afrique. Plus encore, le Maroc figure dans le top 30 mondial parmi des marchés matures tels que la France, l'Espagne, les Etats-Unis, le Portugal, la Turquie, l'Egypte, la Grèce... «Les réalisations à fin avril 2019 confortent la tendance haussière de la destination Maroc avec 3,6 millions d'arrivées aux postes frontières et 7,9 millions de nuitées. Soit une croissance de 6% par rapport à 2018», précise-t-on auprès de l'Office du tourisme. Par ailleurs, le tourisme interne se porte bien. Il représente plus de 6% du volume global des nuitées. Fort est de constater que le touriste marocain (tourisme interne) est le premier client des établissements hôteliers nationaux. C’est une véritable performance! Pour rappel, le premier vecteur du tourisme en Espagne, c’est le tourisme interne. Aujourd’hui, le challenge consiste à réinventer le concept de tourisme interne. «Nous y travaillons via une nouvelle approche de façon à ce qu’il soit l’un des axes majeurs de développement, l’un des principaux relais de croissance», insiste le DG de l'ONMT. Ceci étant dit, le tourisme interne fera l'objet d'une approche intégrée à travers la création d'une nouvelle marque dédiée (en remplacement de Kounouz Biladi) ainsi qu'une stratégie commerciale et marketing en concertation avec les opérateurs du secteur (hôteliers, voyagistes...)

    Il va sans dire que sur le registre des flux, certains marchés ont enregistré des performances remarquables ces dernières années. C'est le cas notamment du marché américain qui a doublé ses scores au cours des quatre dernières années. Il s'est hissé au 5e rang des marchés émetteurs de la destination Maroc. A lui seul, le marché américain affiche un trend haussier de 15% en termes d'arrivées. Cette performance est le fruit de programmes spécifiques qui ont été mis en place sur ce marché en particulier et surtout l'ouverture de nouvelles liaisons par Royal Air Maroc au départ de Washington, Miami et tout récemment Boston en plus de New York via l'aéroport de JFK (John F. Kennedy). En 2018, l'ONMT revendique la mise en place d'un demi-million de sièges aériens additionnels opérés à destination du Maroc.

    Pour cette saison estivale (2019), elle enregistre près de 25% de hausse des capacités aériennes grâce aux 40 nouvelles routes aériennes mises en place entre les principaux marchés émetteurs et les différentes régions du Royaume.

    Campagne digitale...

    Il était temps! Le Maroc reste jusque-là quasi absent des radars du digital à l’international. Pour pallier ce retard pris sur le digital, l’ONMT mettra les bouchées doubles cette année pour la concrétisation de son plan d’action et focaliser la force de frappe qu’est le numérique. Le challenge consiste à assurer un référencement de la marque via les principales plateformes (sites) par lesquelles le voyageur prend sa décision. C’est un travail de longue haleine qui repose sur une connaissance approfondie des comportements des marchés cibles. «Sur la promotion, nous avons l’aval pour nous orienter vers le 100% numérique en ce sens que la destination Maroc puisse rattraper le temps perdu. L’enjeu est de passer vers une marque Maroc 100% digitale, à l’instar de certains pays comme le Portugal», avait confié Adel El Fakir, DG de l’ONMT, à L’Economiste. Ce qui passe notamment par le lancement d’une campagne de communication internationale surtout via les réseaux sociaux, une nouvelle approche digitale ou encore le déploiement de la marque Maroc sur les médias sociaux et l’acquisition d’outils de gestion de la relation clientèle.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc