×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Cinéma: Un festival pour valoriser la culture africaine

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5506 Le 30/04/2019 | Partager
    Le FCAT débarque simultanément à Tanger et à Tarifa jusqu’au 4 mai
    Sofia, Fig Tree, Weldi… 14 films en lice illustrant le combat de femmes du continent
    cinema-afrique-006.jpg

    Le public tangérois a rendez-vous avec le cinéma africain jusqu’au 4 mai prochain. Le festival de Tarifa-Tanger projettera plusieurs films tournés par des réalisateurs du continent mais aussi de sa diaspora dont notamment la co-production Ethiopie-Israël Fig Tree (www.haifaff.co.il)

    Mettre en valeur la culture africaine. C’est dans cette optique que l’association Bar Bhar Cinémarsh organise jusqu’au 4 mai prochain la 16e édition du festival de cinéma africain de Tarifa-Tanger (FCAT). Un évènement qui se déroule de part et d’autre du détroit de Gibraltar, et met en lice pas moins de 14 films signés par sept réalisateurs et réalisatrices originaires de près de dix pays différents.

    Le public tangérois pourra ainsi découvrir en avant-première le 30 avril à l’Institut Cervantès de la ville le documentaire La vida perra – littéralement chienne de vie – qui dresse le portrait du mystérieux écrivain Angel Vazquez et de sa relation avec la ville du détroit.

    Parmi les réalisations, également présentées, le drame Sofia de la réalisatrice marocaine Meryem Benm’Barek qui raconte les mésaventures d’une jeune femme accouchant dans l’illégalité. Ou encore, la co-production Ethiopie-Israël Fig Tree qui narre l’histoire d’une jeune juive de 16 ans à la fin de la guerre civile éthiopienne dont la famille s’apprête à s’installer en Israël, et le film tunisien Weldi de Mohamed Ben Attia sélectionné à la quinzaine des réalisateurs de Cannes en 2018.

    Des productions hispaniques sont aussi au programme. Parmi ces dernières notamment, le documentaire «El naufragio, 30 anos de memoria sumergida» (Le naufrage, 30 ans de mémoire disparue) du réalisateur espagnol Fernando Santiago, qui rend hommage aux milliers de victimes ayant trouvé la mort depuis trois décennies dans le détroit de Gibraltar.

    Autre documentaire réalisé dans l’autre rive de la méditerranée, Owino de l’espagnol Javier Marin qui narre la lutte d’un petit village africain contre une multinationale polluant le quotidien de ses habitants, avec des déchets de plomb illégaux.

    Des projections en plein air auront aussi lieu à l’Esplanade Marshan de Tanger, ainsi qu’à Tétouan et Chefchaouen. Les tangérois auront la chance de visionner, à ciel ouvert, les films marocains au succès mondial «Adios Carmen», de Mohamed Amin Benamraoui datant de 2013,  et «Andalousie mon amour»,  de Mohamed Nadif sorti dans les salles en 2011.

    Le festival abritera, enfin, l’exposition «Je monte mon film» de Sandrine Balade et Joël Cubas. Une œuvre inédite composée de clichés en noir et blanc,  ayant pour thème les professions du monde du cinéma, et pour laquelle plusieurs enfants de la capitale du Burkina Faso Ouagadougou ont «posé» et contribué à la création de décors.

    L’évènement vise avant tout à mettre en lumière les combats de femmes africaines, mais également le féminisme et l’activisme politique au sein des pays du continent. La manifestation a, en outre, pour objectif de rapprocher ces cultures contemporaines de celles de l’Europe.

    Karim AGOUMI

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc