×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5484 Le 29/03/2019 | Partager

    ■ Un trésor perdu pendant près d’un siècle découvert par hasard
    Plus de 2.000 objets en argent pesant au total 400 kilos: depuis la révolution bolchévique il y a un siècle, le trésor de la famille Narychkine était considéré comme perdu. Découvert par hasard par des ouvriers, il s’expose désormais à Saint-Pétersbourg. Grande famille noble de l’époque tsariste, les Narychkine ont fui la Russie après la révolution bolchévique de 1917. C’est dans l’un des manoirs leur ayant appartenu dans la deuxième ville du pays qu’a été découvert ce trésor estimé à environ 2,6 millions d’euros. «Une trouvaille de la sorte est extrêmement rare: un trésor dans son intégrité, ayant appartenu à une même famille et très bien conservé. C’est unique», s’est félicitée mardi Olga Taratynova, directrice du musée du palais de Tsarskoïé Selo, à qui est revenue la collection. Le trésor a été découvert en 2012 lors de travaux de réparation dans un bâtiment situé en plein centre de l’ancienne capitale impériale. Les ouvriers y ont découvert par hasard, après avoir cassé une maçonnerie en briques, une petite salle secrète renfermant des caisses remplies d’objets en métal précieux. Selon la presse locale, les ouvriers ont alors tenté de dérober le trésor avant d’être pris en flagrant délit. Les objets ont été offerts en 2018 par l’Etat au musée de Tsarskoïé Selo, situé dans un ancien palais impérial près de Saint-Pétersbourg. Il s’agit d’objets du quotidien tels que des services de table réalisés par les meilleurs joailliers russes, principalement en argent, des miroirs, encensoirs, médailles et divers objets décoratifs. Le tout était soigneusement emballé dans des journaux et des tissus imbibés d’acide acétique, ce qui a permis leur bonne conservation.

    ■ Les Tanzaniens reçoivent des parcelles de terre en pleine CAN

    cari_insolite_084.jpg

    Les joueurs de l’équipe tanzanienne de football, qui ont décroché dimanche la première qualification depuis près de 40 ans de leur pays pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), se sont vu offrir lundi une récompense inattendue: des terrains à bâtir. «En guise de reconnaissance pour le bon travail accompli et pour le grand honneur que cela apporte à notre pays (...), chaque joueur recevra une parcelle de terrain à Dodoma», la capitale de la Tanzanie, a annoncé lundi le président tanzanien John Magufuli. La Tanzanie s’est qualifiée pour sa seconde Coupe d’Afrique des nations grâce à sa victoire 3-0 contre l’Ouganda, déjà qualifié, dimanche, lors de la dernière journée des éliminatoires de la CAN-2019. Une première pour le pays depuis 1980. Les joueurs tanzaniens, entraînés par l’ancien international nigérian Emmanuel Amunike, ont terminé deuxième du groupe L, derrière l’Ouganda. «Je pense que nos joueurs peuvent faire encore mieux au Caire en décrochant le titre», a affirmé M. Magufuli. La phase finale se déroulera en Egypte du 21 juin au 19 juillet.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc