×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Introductions en Bourse: Le marché fléchit au 1er trimestre 2019

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5479 Le 22/03/2019 | Partager
    Avec un total de 199 opérations, soit 41% de moins que l'an passé
    Multiples incertitudes: guerre commerciale, Brexit, croissance…

    Plusieurs entreprises ont annoncé leur prochaine entrée en Bourse. C’est le cas de Lyft, le principal concurrent d'Uber aux Etats-Unis, qui a lancé la tournée de promotion de son entrée en Bourse qui doit lui permettre de lever jusqu'à 2,4 milliards de dollars. De leur côté, les jeans Levi’s devaient revenir en Bourse jeudi 21 mars 2019, 34 ans après avoir claqué la porte de Wall Street.

    La société, fondée à San Francisco en 1853 par Levi Strauss, prévoit de démarrer sa nouvelle aventure boursière au prix de 17 dollars l'action. Ce qui lui permettrait de lever 623 millions de dollars. D’autres nouvelles données valorisent Levi's à 6,6 milliards de dollars, soit 400 millions de plus que ses précédentes estimations.

    Malgré ces bonnes ambitions, le marché des introductions en Bourse dans le monde ne se porte pas bien. D’après une étude publiée par EY, leur nombre a chuté au premier trimestre 2019. Au total, 199 introductions en Bourse ont été recensées depuis le début de l'année, soit 41% de moins que l'an passé à la même période. En valeur, la baisse est encore plus spectaculaire avec 13,1 milliards de dollars levés, soit 74% de moins qu'au premier trimestre 2018.

    «Le premier trimestre est généralement calme en termes d'introductions en Bourse, mais en 2019, l'épais brouillard des tensions géopolitiques, les problèmes commerciaux entre Etats-Unis, Chine et Europe ainsi que l'incertitude sur le départ du Royaume-Uni de l'UE ont ralenti l'activité…», explique Martin Steinbach, spécialiste du sujet chez EY. Les entreprises des secteurs de la technologie, de la santé et de l'industrie ont été les plus actives. Elles ont représenté 101 introductions en Bourse, soit 51% des opérations, pour une levée de fonds de 5,4 milliards de dollars (42% du montant total).

    Dans le détail, la région Asie-Pacifique limite la casse avec 126 introductions en Bourse (-24% par rapport à 2018) dont 35 sur la seule place de Hong-Kong. En volume, la baisse est un peu plus marquée (-32%) avec 6,4 milliards de dollars levés.
    C’est l'Europe qui enregistre une chute plus importante avec 23 entrées en Bourse (-51%) pour 351 millions de dollars (contre 14,1 milliards l'an passé, soit une baisse de 98%).

    Même tendance de l'autre côté de l'Atlantique, où seules 20 introductions en Bourse ont été enregistrées au premier trimestre aux Etats-Unis (-57%) pour 3 milliards de dollars (-82%). Elles étaient affectées notamment par le plus long «shutdown» (fermeture partielle faute de budget voté) de l'administration américaine au début de l'année.

    Des prévisions optimistes

    Les experts de l’EY gardent le sourire.  Avec plusieurs gros projets d'introductions en Bourse et des licornes qui attendent le bon moment, il faudrait s'attendre à un rebond de l'activité dans la deuxième moitié de 2019. Aussi, les incertitudes géopolitiques et commerciales montrent des signes positifs de stabilité et de résolution.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc