×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5471 Le 12/03/2019 | Partager

    ■ Une chèvre devient maire d’une petite ville américaine
    Les habitants de Fair Haven, petite ville du Vermont, dans le nord-est des Etats-Unis, ont choisi cette semaine pour nouveau maire une chèvre au nom prédisposé à la politique: Lincoln. Cette chèvre nubienne de 3 ans aux longues oreilles blanches a devancé mardi dans les urnes quinze autres candidats, dont la gerbille Crystal et de nombreux chiens et chats. Fair Haven, environ 2.500 âmes, n'a pas de maire officiel à sa tête, mais un «town manager» («gérant municipal» en français), Joseph Gunter, chargé de fonctions semblables. C'est lui, en lisant dans le journal qu'un village du Michigan, Omena, avait fait d'un chat, Sweet Tart, son nouvel édile, qui a eu l'idée d'organiser une élection similaire afin de récolter des fonds pour la construction d'un terrain de jeu.
    Avec 13 voix, Lincoln, la chèvre du prof de maths de l'école primaire, a devancé de justesse Sammie le chien. Elle aura surtout au cours de son mandat de un an un rôle de représentation lors des différents événements rythmant la vie de Fair Haven. «La parade du Memorial Day, le Festival des pommes et les animations que nous proposons chaque vendredi en été», énumère pour l'AFP Joseph Gunter. Seule une centaine de dollars –à raison de 5 dollars par candidature– a été récoltée pour le terrain de jeu, mais cette élection animalière a aussi été selon lui «une bonne façon d'intéresser les enfants à la démocratie locale».

    ■ Un habitant bloqué des semaines chez lui par la neige
    La police d'Ottawa a secouru en fin de semaine un homme âgé resté bloqué pendant plusieurs semaines dans sa maison par la neige accumulée dans son entrée et autour de sa résidence. Appelée par des voisins inquiets à leur retour de vacances en Floride, la police de la capitale canadienne a indiqué dans une série de tweets avoir «trouvé sur les lieux la neige d'un hiver entier accumulée dans l'entrée» de la maison et «aucune trace de vie ou de pas» dans la neige.
    Après s'être frayé un chemin pour pénétrer dans la maison et craignant le pire, les policiers y ont trouvé l'homme «tout seul et en vie». Il leur a raconté «qu'après avoir été bloqué par la neige, il avait passé l'hiver à subsister avec ce qu'il avait dans le garde-manger», en se rationnant et en se nourrissant de conserves. Les agents se sont alors employés à dégager la neige, ce qui leur a pris une bonne heure et demie de travail et le renfort d'une pelleteuse de la ville pour dégager les blocs de glace qui s'étaient formés.
    La capitale canadienne a reçu une accumulation de plus de deux mètres de neige depuis le début de l'hiver, dont plus de 30 centimètres lors d'une tempête de neige à la mi-février qui avait contraint les autorités à fermer les écoles. L'homme, qui n'a pas été identifié pour respecter sa vie privée, serait sexagénaire ou septuagénaire selon des médias locaux et considéré par ses voisins comme un reclus fuyant les contacts et ne sortant que très rarement, essentiellement la nuit. La police n'a pas précisé depuis combien de temps il était bloqué. Mais selon les médias locaux, sa réclusion a duré plusieurs semaines.o

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc