×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    R&D dans l’assainissement: Un chercheur marocain met au point un procédé low cost

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5466 Le 05/03/2019 | Partager
    Lahbib Latrach développe une technologie appelée «filtre imbriqué»
    Une technique écologique de traitement des eaux usées basée sur le sol
    Il fonde Green Watech pour commercialiser son produit, après des années de tests
    rd-dans-lassainissement-066.jpg

    Le premier filtre imbriqué Green Watech a été installé dans le village de Talat Marghan près de Marrakech pour traiter les eaux usées de 600 habitants. Cette station d’épuration produit 20.000 litres par jour d’eau épurée de haute qualité pour irriguer les plantes économiques telles que l’olivier (Ph. Green Watech)

    L’assainissement peut être un cas pratique pour la recherche. Premier constat: une grande partie des eaux usées dans les pays en voie de développement n’est pas traitée et est directement rejetée dans l’environnement, causant de multiples maladies. Il fallait donc trouver une solution de traitement de ces eaux à la fois peu coûteuse et facile à installer dans les villages ruraux tout en utilisant des matériaux locaux.

    C’est dans le cadre de sa thèse à l’Université Cadi Ayyad à Marrakech et à l’Université Shimane à Matsue au Japon, que le chercheur scientifique, Lahbib Latrach, développe une technologie appelée «filtre imbriqué» qui élimine les substances polluantes et les toxines de l’eau.

    Entrepreneur dans l’âme, il fonde Green Watech pour commercialiser son produit, après des années de tests. Son pied au Japon lui permet de découvrir cette technique écologique de traitement des eaux usées basée sur le sol. Il ramène donc au Maroc ce procédé low cost qu’il adapte et améliore avec son équipe pour le traitement des eaux usées domestiques.

    Le principe étant d’utiliser le sol comme un moyen épurateur mélangé à d’autres éléments pour améliorer et contrôler la fonction de la purification. Des couches placées en alternance avec des couches en gravier qui ont pour fonction la filtration physique.

    Les mécanismes d’épuration de ce filtre imbriqué étant complexes et comprenant des processus chimiques, physiques et biologiques. La méthode aux nombreux atouts a d’ailleurs décroché un brevet international. L’utilisation de matériaux locaux, le faible coût d’investissement et d’entretien, un fonctionnement simple sans apport extérieur de l’énergie, répondent au besoin du continent. D’autant que sa durée de vie va jusqu’à 20 ans.

    Le premier filtre imbriqué Green Watech a été installé dans le village de Talat Marghan près de Marrakech pour traiter les eaux usées de 600 habitants. Cette station d’épuration produit 20 m3 par jour d’eau épurée de haute qualité pour irriguer les plantes économiques telles que l’olivier. Au passage la qualité de vie est améliorée, l’environnement est mieux préservé et des dirhams sont économisés sur la quantité d’eau douce utilisée pour l’irrigation.

    «Nous envisageons d’étendre notre marché dans d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique, où plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement sûrs et adéquats», projette Latrach, qui est aussi attaché au CNEREE de Marrakech et au laboratoire dédié à la faculté Semlalia. Les objectifs: trouver des partenaires commerciaux et des distributeurs étrangers pour développer et étendre le procédé.

    J.A.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc