×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brésil: Le gouvernement Bolsonaro prend ses fonctions

    Par L'Economiste | Edition N°:5424 Le 03/01/2019 | Partager
    Réformes économiques, croisade contre la corruption et la violence...
    Le Maroc cherche à développer ses relations avec ce pays
    jair_bolsonaro_024.jpg

    Au premier jour de son mandat de quatre ans, Jair Bolsonaro, le nouveau président d’extrême droite du Brésil, a promis de rétablir l’ordre. Son gouvernement est chargé de mettre en œuvre des changements fondamentaux au pays. Il est composé de 22 ministres, parmi lesquels sept militaires à la retraite, seulement deux femmes et aucun noir.

    Dans ces deux discours d’investiture à Brasilia, l’un devant le Congrès et l’autre devant ses partisans, Jair Bolsonaro a lancé, sans surprise, une croisade contre la corruption, la violence et l’idéologie de gauche tout en réaffirmant les valeurs «judéo-chrétiennes». C’est sur ce programme que 55% des électeurs ont élu en octobre 2018 l’ancien capitaine de l’armée. Et aujourd’hui 75% des Brésiliens disent que les mesures qu’il a déjà annoncées «vont dans la bonne direction». Le nouveau président est attendu sur plusieurs autres questions telles que les réformes économiques ou encore le dossier des retraites.

    Dès son investiture, Jair Bolsonaro a signé un premier décret augmentant le salaire mensuel minimum à 998 réais (225 euros), sans toutefois aller au-delà de la barre des 1.000 réais. Un signe de l’austérité qui s’annonce pour un Etat appelé à se serrer la ceinture. Autre mesure adoptée: la question de la démarcation des terres indigènes est passée sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, dirigée par une représentante du puissant lobby de l’agronégoce, Tereza Cristina da Costa.

    Deux rencontres diplomatiques importantes étaient prévues mercredi 2 janvier, entre Bolsonaro, son ministre des Affaires étrangères et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo. L’admiration de Jair Bolsonaro pour le président américain Donald Trump le pousse à un grand mimétisme, à la fois dans ses orientations politiques et son style, selon la presse étrangère. Il devrait se rendre aux Etats-Unis dans les tout premiers mois de son mandat.

    Les cérémonies d’investiture se sont déroulées en grande pompe devant une dizaine de chefs d’Etat. C’est Saâdeddine El Othmani, le chef du gouvernement, qui a représenté le Souverain à cet événement. Il a eu d’ailleurs à Brasilia une série de rencontres avec des parlementaires brésiliens ainsi qu’avec des représentants du corps diplomatique accrédité au Brésil. Développer les relations dans les domaines économiques, politiques et des échanges commerciaux étaient au menu des discussions.

    F. Z. T. avec agences

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc