×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Chronique

    L’odieux crime d’Imlil: Comment lutter contre le terrorisme?

    Par Jawad KERDOUDI | Edition N°:5421 Le 27/12/2018 | Partager

    Jawad Kerdoudi est président de l’Imri (Institut marocain des relations internationales) (Ph. JK) 

    Il n’existe pas de définition juridique internationale du terrorisme. Il peut cependant être qualifié d’utilisation de la violence vis-à-vis des biens ou des personnes innocentes pour promouvoir une cause politique, idéologique ou religieuse. Plusieurs types de terrorisme ont sévi, comme les Brigades rouges en Italie, l’ETA en Espagne ou l’IRA en Irlande. Aujourd’hui, c’est le terrorisme jihadiste prôné par l’Etat islamique qui opère.

    C’est dans le cadre de ce terrorisme jihadiste que deux jeunes Scandinaves, la Danoise Louisa Vesterager, et la Norvégienne Maren Oueland, ont été tuées et décapitées dans la nuit du 16 au 17 décembre 2018 à Imlil près du mont Toubkal au Maroc. Ce crime odieux a soulevé une immense condamnation de toute la société marocaine, d’autant plus que notre pays n’a pas connu d’acte terroriste depuis 2011.

    Une approche à quatre volets

    imlil-021.jpg

    Rendez-vous incontournable des randonneurs du monde entier, Imlil a été la semaine dernière le théâtre d’un crime odieux de deux jeunes Scandinaves (Ph. Jarfi)

    Pour lutter contre le fléau du terrorisme jihadiste, il est nécessaire d’adopter une approche à quatre volets: sécuritaire, idéologique, éducationnelle, et de développement économique et social.

    Le volet sécuritaire est nécessaire mais pas suffisant. Le Maroc s’est doté en 2015 du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), dont une des prérogatives est la lutte contre les cellules terroristes. Constitué d’agents de haut niveau et d’un équipement sophistiqué, le BCIJ présente un bilan très honorable, puisqu’il a démantelé depuis sa création 57 cellules dont 51 en relation avec Daech.

    La clé de sa réussite est due à la collaboration étroite entre les différents services de sécurité, du fait que le directeur général de la surveillance du territoire est lui-même le directeur général de la sûreté nationale. Cette efficacité s’est traduite pour le crime d’Imlil par l’arrestation des quatre auteurs ainsi que neuf complices en moins d’une semaine.
    La pertinence du BCIJ est largement reconnue à l’étranger notamment au niveau du renseignement. Pour accentuer son efficacité, la société civile devrait davantage collaborer à cette lutte, en signalant immédiatement tout comportement suspect.

    Le deuxième volet idéologique est très important. Certes la grande majorité des musulmans pratique un islam modéré et tolérant. Cependant, une minorité agissante diffuse une position extrême issue du salafisme. Ce mouvement religieux de l’Islam sunnite prône un retour aux pratiques en vigueur à l’époque du Prophète, et la rééducation morale de la communauté musulmane.

    Les salafistes ont une lecture littérale des textes sacrés, le Coran et la Sunna, et postulent que leur interprétation est la seule légitime. La mouvance la plus dangereuse du salafisme est jihadiste, qui prône l’action armée, et utilise le salafisme comme une base idéologique pour justifier le terrorisme. Profitant de la faiblesse de certains Etats, cette faction a conquis une partie du territoire de l’Irak et de la Syrie et a proclamé l’Etat islamique.

    Ce dernier a commis d’abominables crimes contre l’humanité. Heureusement, une coalition des pays arabes et occidentaux a récupéré les territoires, mettant fin à cet «Etat», sauf dans quelques petites localités. Cependant malgré cet échec, l’extrémisme religieux continue à sévir à travers notamment la propagande largement diffusée par les réseaux sociaux et les télévisions satellitaires.

    L’ensemble de la communauté musulmane comprenant les autorités religieuses, le pouvoir politique, et la société civile doit dénoncer les thèses des extrémistes et condamner leurs actes de violence.

    attaque_europe_021.jpg

    Le Souverain a donné l’exemple dans son discours du 20 août 2016: «Les terroristes qui agissent au nom de l’Islam ne sont pas des musulmans» et les entités «qui incitent au meurtre et à l’agression, qui excommunient indûment les gens, sont dans la vraie mécréance». Enfin le jihad «n’est envisageable que par nécessité de défense, et non pour commettre un meurtre ou une agression».

    Le troisième volet pour lutter contre le terrorisme jihadiste est éducationnel. Il convient de la part des parents et des enseignants d’inculquer aux jeunes une autonomie intellectuelle et un esprit critique qui leur permet de se défendre par rapport à ce qui vient de l’extérieur, notamment à travers les réseaux sociaux.

    Il faut les imprégner des valeurs de la modernité et de la citoyenneté. Le rôle des enseignants est essentiel, d’où la nécessité de parfaire leur formation sur le plan pédagogique et de s’assurer de leur niveau ethnique, moral et de valeurs.

    Les livres scolaires sont à revisiter afin d’éliminer tout ce qui peut conduire à l’intolérance, et nuire au vivre ensemble avec les autres religions et les autres communautés. Cela s’applique également à certains livres prônant l’extrémisme dans les Salons du livre qui sont organisés au Maroc. Un contrôle sur les réseaux sociaux et les télévisions satellitaires défendant l’extrémisme est plus que nécessaire.

    Le quatrième volet est le développement économique et social. Dans beaucoup de pays musulmans et même au Maroc, une partie de la population est marginalisée, avec un élargissement des inégalités sociales.

    Dans ce sens, le Roi Mohammed VI a demandé l’élaboration d’un nouveau modèle de développement qui doit assurer un minimum de confort matériel aussi bien au niveau urbain que rural. La création d’emplois est fondamentale pour les jeunes afin de leur permettre de subvenir à leurs besoins et de vivre dans la dignité. Outre l’éducation, les pouvoirs publics doivent assurer des soins de santé de qualité et un logement décent.

    logo_imri.jpg

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc