×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5412 Le 14/12/2018 | Partager

    ■ Des feux de signalisation à l’effigie d’Elvis Presley

    A Friedberg, quand le feu passe au vert, c’est «Now or never» qu’il faut traverser. La petite ville allemande où Elvis Presley effectua son service militaire entre 1958 et 1960 vient de peaufiner son statut de lieu culte du King de Las Vegas dans le pays en installant trois feux pour piétons à son effigie. En vert, on y reconnait la silhouette du chanteur des tubes tels que «Love me tender» ou «Return to sender» grâce à son déhanché légendaire, tandis qu’en rouge, il prend la pose derrière un pied de microphone. Les feux ont été installés sur une place qui porte depuis 1995 le nom de la star décédée à Memphis en 1977. Car cela fait déjà longtemps que Friedberg, qui a accueilli une caserne de l’armée américaine, a compris quel filon pouvait représenter le culte du King. Une statue sur un rond-point à l’entrée de la ville donne le ton: «Foyer militaire d’Elvis Presley», peut-on y lire derrière une représentation du rockeur, guitare posée au pied.

    ■ Un salon de plats répugnants

    cari_salon_plat_012.jpg

     

    Vous reprendrez bien un peu de tarentule frite et d’oeuf à l’urine? Avec un doigt de vin de souriceaux pour faire glisser? Ces mets font partie des 80 plats inscrits au menu du «Musée de la nourriture dégoûtante» inauguré dimanche à Los Angeles, avec pour but non pas d’ouvrir l’appétit mais bien plutôt l’esprit des visiteurs à d’autres façons de s’alimenter. Initialement lancée en Suède en octobre, l’exposition va rester à Los Angeles durant deux mois.
    «Si nous pouvons changer ce que les gens considèrent comme dégoûtant, peut-être pouvons-nous aussi les préparer à accepter des nouvelles formes de protéines durables», déclare à l’AFP Samuel West, fondateur de l’exposition, en présentant une assiette de vers mopane. Ces grosses chenilles de papillon constituent une source de protéines importante pour des millions de Sud-Africains. Diplômé en psychologie, Samuel West reste prudent: en guise de ticket d’entrée au musée, le visiteur se voit remettre un sac à vomi. Certaines spécialités gastronomiques sont simplement répugnantes en raison de leur odeur: il en va ainsi de l’époisses, un fromage français, ou du surstromming, recette suédoise dont le fumet, considéré comme l’un des plus forts au monde, explique qu’il soit généralement consommé à l’air libre...

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc