×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival du film de Marrakech: Un film grave et une star en clôture

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5408 Le 10/12/2018 | Partager
    «Joy» réalisé par Sudabeh Mortezai décroche le grand prix du Festival
    2 films sur les femmes, écrits par des femmes: le choix du jury
    Monica Bellucci sur le tapis rouge
    fifm-prix-008.jpg

    Les primés, (de gauche à droite) l'actrice allemande Aenne Schwarz, l'acteur tunisien Nidhal Saadi, Sudabeh Mortezai primée pour son film «Joy», le réalisateur serbe Ognjen Glavonic et Lila Avilés qui a remporté le prix du jury pour son film La Camarista (Ph. Bziouat)

    Joy est à la fois complice et victime du trafic sexuel nigérian. Le film autrichien de Sudabeh Mortezai, primé par cette 17e édition du Festival du film de Marrakech, est un voyage en Europe dans la peau de ces femmes prises dans les filets du proxénétisme.

    Un film déjà récompensé à Venise. Un sujet grave pour une soirée malgré tout festive. Il faut dire que cette Etoile d'or a été remise par Monica Bellucci, qui avait déjà enflammé Jemaa El Fna lors de la projection d’Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre. Les membres du jury, mené par James Gray, venu pour l’occasion avec femme et enfants, ont également récompensé La Camarista (The Chambermaid), un film mexicain signé Lila Avilés.

    Là encore, cette édition distingue l’histoire d’un drame social. Elle s’appelle Eve et travaille comme femme de chambre dans l’un des hôtels les plus luxueux de Mexico. Sa vie n’est que longues et laborieuses journées de travail, sans assez de moments passés auprès de son fils. Deux histoires de femmes pour deux films de femmes. Un cru qui mérite d’être souligné.

    Du côté des prix d’interprétation, c’est l'actrice allemande, Aenne Schwarz, qui est récompensée pour son rôle dans le film «Alles is Gut» réalisé par Eva Trobisch. L'acteur tunisien, Nidhal Saadi, a quant à lui reçu l’étoile pour son rôle dans «Look at me» de Nejib Belkadhi. Enfin, le prix de la mise en scène est allé au réalisateur serbe Ognjen Glavonic pour son film «The Load». Mais «tous les films ont été absolument magnifiques» a tenu à préciser le président du jury.

    monica_bellucci_008.jpg

    Sur le tapis rouge, Monica Bellucci s'apprête à remettre l’Etoile d'or (Ph. Bziouat)

    Pour sa reprise, le festival avait convié 571 professionnels de 215 organes médiatiques provenant de 22 pays pour 15 langues différentes. Parmi eux, 476 journalistes, photographes et techniciens marocains, qui représentent 146 médias nationaux et régionaux. De quoi parler des prestigieux invités de cette édition.

    Bellucci, le duo De Niro-Scorsese, l’impressionnant Laurence Fishburne ou la discrète Agnès Varda ont fait l’actualité de cette semaine au soleil de Marrakech. Les professionnels du cinéma marocain n’ont pas boudé le tapis rouge, ni les invités étrangers comme Yousra, la muse de Youssef Chahine, Chiara Mastroianni, Viggo Mortensen, ou Gaspard Ulliel, qui a incarné Yves Saint Laurent dans le film de Bertrand Bonello.

    Au programme également de l’événement, il était question de bonnes oeuvres. Cette semaine, quelque 300 personnes ont été opérées de la cataracte dans le cadre des actions du festival. Depuis 2009, la Fondation du Festival du film de Marrakech a organisé 19 campagnes de chirurgie gratuite de la cataracte au bénéfice de 5.345 patients de différentes régions du Maroc.

    J.A.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc