×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5359 Le 27/09/2018 | Partager

    ■ Une ministre porte un T-shirt décalé à Washington
    «Gardez votre calme et négociez l'Aléna»: la facétieuse ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland s'est rendue mardi soir à Washington en portant un T-shirt avec ce message imprimé sur le dos alors que le Canada et les Etats-Unis cherchent un compromis sur la refonte de cet accord commercial. Une photo, publiée sur Twitter et prise à l'aéroport d'Ottawa mardi soir, montre la chef de la diplomatie arborant ce T-shirt alors qu'elle va prendre son avion pour Washington. «C'est un cadeau de ses enfants! Elle le porte tout le temps», a confirmé son porte-parole Adam Austen, joint par l'AFP.
    Le message est un énième détournement humoristique d'un slogan placardé sur des affiches par le gouvernement britannique en 1939, Keep calm and carry on, ("Gardez votre calme et continuez") pour préparer la population à d'éventuelles attaques aériennes allemandes au début de la Seconde Guerre mondiale. Les médias canadiens ont immédiatement vu dans ce T-shirt un message subliminal: le Canada n'est pas prêt à céder aux pressions de l'administration Trump. Mercredi matin, peu avant la reprise des négociations avec le représentant américain au Commerce (USTR) Robert Lighthizer, prévues en fin de matinée, Mme Freeland arborait une tenue plus classique: robe noire et collier de perles. La renégociation pour moderniser l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna), qui lie depuis 1994 les économies américaine, canadienne et mexicaine, a été imposée en août 2017 par le président américain Donald Trump, qui considère ce traité comme «le pire» de l'histoire pour avoir détruit des emplois américains, notamment dans le secteur automobile. Les discussions entre Ottawa et Washington achoppent notamment sur la protection du secteur laitier canadien et sur le dispositif de règlement des litiges commerciaux (dit chapitre 19), tous deux remis en question par l'administration Trump.

    ■ Trump se jette des fleurs à l’ONU
    Donald Trump a fait rire les dirigeants de la planète réunis à l'ONU en vantant, à la tribune de l'Assemblée générale, son propre bilan, le meilleur à ses yeux dans l'histoire des Etats-Unis. Rappelant avoir évoqué il y a un an, lors de cette même grand-messe annuelle des Nations unies, «les menaces auxquelles est confronté notre monde», le président américain a expliqué vouloir «partager les progrès extraordinaires qui ont été faits». «En moins de deux ans, mon administration a accompli plus que quasiment toute autre administration dans l'histoire de notre pays», a-t-il lancé. Probablement moins habitués que les Américains aux satisfecits et superlatifs que s'octroie à longueur d'interventions publiques le milliardaire républicain, plusieurs membres de l'assistance – chefs d'Etat et de gouvernement, ministres, ambassadeurs des 193 pays membres de l'organisation mondiale – ont alors souri. Pause de Donald Trump. «C'est tellement vrai», a-t-il insisté, provoquant à ce moment-là des rires plus francs.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc