Entreprises

IT: Société Générale ouvre hub panafricain à Casablanca

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5356 Le 24/09/2018 | Partager

Le groupe Société Générale complète à 14 le nombre de ses filiales spécialisées au Maroc, avec l’ouverture officielle de Société Générale African Business Services (SGABS). L’inauguration de cette filiale a eu lieu le mercredi 19 septembre à la Marina de Casablanca. La cérémonie a réuni les équipes de la filiale dirigée par Laurent Tulong et Othman El Ferdaous, secrétaire d’Etat chargé de l’Investissement.

La filiale, qui bénéficie du statut CFC, servira de hub technologique panafricain. Conformément à ce statut, elle prestera une majorité de ses activités pour le bénéfice des filiales africaines du groupe. Sur le continent, la banque opère à travers plus de 1.000 agences pour servir 3,7 millions de clients. Le groupe y a jusqu’à présent distribué près de 16 milliards d’euros de crédit à l’ensemble des segments de clientèle (grandes entreprises, PME, particuliers, Etats).

«Nous développons ce centre de technologie à Casablanca pour simplifier notre organisation», explique Alexandre Maymat, responsable de la Région Afrique, Asie, Méditerranée & Outre-mer, banque et services financiers internationaux chez Société Générale. Ainsi, le groupe regroupe à Casablanca des compétences qui étaient historiquement réparties entre Paris et ses entités sur l’ensemble du continent.

L’activité bancaire du groupe fait face à des enjeux IT majeurs en Afrique. La banque veut apporter des réponses à une évolution très rapide des usages et attentes des clients, qui peuvent différer selon les régions du continent. «Nous devons en parallèle prendre en compte la sophistication des offres technologiques mises à disposition et également faire face aux besoins de la banque en matière de lutte contre la cybercriminalité, qui exige toujours plus d’expertises», soutient Laurent Tulong, président de SGABS.

Globalement, les investissements du groupe sur l’ensemble du continent sont de l’ordre de 30 à 50 millions d’euros par an. Progressivement, une grosse partie de cette enveloppe se concentrera à Casablanca. Mais cela prendra un peu de temps, annonce Alexandre Maymat.

En localisant son hub IT panafricain au Maroc, dans un dispositif IT plus resserré, le groupe va regrouper au sein de l’entité des expériences diversifiées (expertise technique en matière d’infrastructures, réseau, sécurité de systèmes d’information, gestion d’applications…). Pour l’heure, la plateforme a recruté 220 collaborateurs. Vers mi-2019, elle emploiera 500 personnes.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc