×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Automobile: Première usine africaine pour JTEKT

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5353 Le 19/09/2018 | Partager
    Le spécialiste japonais des directions assistées s’installe à Tanger Automotive City
    220 millions de DH d’investissement et une centaine d’emplois à haute technicité
    Objectif: créer un écosystème dédié aux éléments de direction
    tetsuo-agata-et-hfid-alamy-053.jpg

    «Notre objectif à court terme est d’augmenter la part de composants sourcés localement. Pour ce, nous devons mettre en place un réseau de fournisseurs locaux, une condition nécessaire pour stabiliser notre production», insiste le président de JTEKT, Tetsuo Agata. Le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, pour sa part, annonce la création de tout un écosystème dédié aux trains roulants et aux éléments de direction (Ph. Adam)

    JTEKT, un nom peu connu mais que de nombreux conducteurs ont dû utiliser. Il s’agit du spécialiste japonais des directions assistées et des colonnes de direction, en plus des arbres de transmission.

    L’équipementier et fournisseur de nombreux constructeurs, dont PSA et Renault, a lancé en début de semaine la construction de sa première unité au Maroc et en Afrique. L’usine sera installée à Tanger Automotive City (TAC). Elle disposera, à terme, d’une capacité de production de 300.000 éléments de direction assistée dernière génération, à assistance électrique.

    L’événement a compté avec la présence Tetsuo Agata, président de JTEKT, de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, et de Fouad Brini, président du conseil de surveillance de l’Agence TangerMed.

    L’investissement annoncé est de 20 millions d’euros, soit près de 220 millions de DH. Le nombre de postes créés atteindra une centaine, dont une grande part d’emplois à haute technicité, selon le ministre. Une grande partie des employés a déjà été sélectionnée, dont l’encadrement. Les recrues entameront leur formation incessamment dans les différents sites du groupe de par le monde.

    L'usine qui s’étendra sur 11.300 m² accueillera, également, les lignes de production de Fuji Autotech Morocco, une filiale de JTEKT qui prendra en charge les colonnes de direction.

    Pour le ministre, il ne s’agit que «d’une mise en bouche», un premier pas qui sera suivi par d’autres investissements pour étoffer l’implantation de l’équipementier japonais, et à moyen terme, la mise en place d’un véritable écosystème dédié aux trains roulants et aux éléments de direction.

    «A travers cet investissement pionnier porté par un acteur majeur, une nouvelle spécialisation à forte valeur ajoutée se développe au Maroc. L'écosystème automobile poursuit sa montée en gamme et gagne en intégration et en densité technologique, renforçant ainsi la compétitivité et l'attractivité de la destination Maroc», souligne le ministre.

    Le groupe japonais nourrit de grandes ambitions. «Notre objectif à court terme est d’augmenter la part de composants sourcés localement. Pour ce, nous devons travailler à la mise en place d’un réseau de fournisseurs locaux, une condition nécessaire pour pouvoir stabiliser notre production», insiste, quant à lui, Tetsuo Agata.

    «Cette nouvelle usine nous permettra d’offrir à nos clients une intégration locale, tout en permettant à JTEKT d’accéder aux marchés d’Afrique et du Moyen-Orient, qui connaissent une forte croissance», a continué le patron de l’équipementier japonais, avant d’assurer que la position géographique a été un élément clé dans le choix de l’implantation.

    Tanger permet aussi d’exporter vers d’autres marchés, comme l’Espagne ou la France. Un plus non négligeable, selon Agata qui n’omet pas de faire référence aux pays de l’Afrique subsaharienne, un marché potentiel, selon lui.

    A noter que JTEKT est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions pour l’industrie automobile, et le premier fournisseur de directions assistées électriques. En 2017, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 11 milliards d'euros (un peu plus de 120 milliards de DH) avec ses 4 divisions: systèmes de direction, transmission, roulements et machines-outils, et mécatronique. Il emploie actuellement 45.600 personnes dans le monde entier.

    Les Japonais en force à TangerMed

    Les équipementiers japonais sont présents en force dans le Nord. Ils ont même été parmi les premiers à s’installer à TFZ (Tanger Free Zone). C’est le cas de Yazaki, qui a démarré son activité en 2000 et qui, depuis, a essaimé dans différentes localisations.
    Actuellement, les plateformes industrielles gérées par le groupe TangerMed (TAC et TFZ) accueillent 8 unités japonaises, dont des noms illustres de l’industrie automobile, comme Sumitomo, Denso, Kansai Paint ou Fujikura, ainsi que le spécialiste mondial des fibres optiques, Furukawa. Leur investissement global atteint les 2 milliards de DH, selon Fouad Brini. Les emplois assurés dépassent les 15.000.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc