Entreprises

Delattre cède 25% d’une de ses filiales

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5350 Le 14/09/2018 | Partager
Valorem prend une participation dans DLM EnR
Un acteur de référence qui vise des projets dans le continent

Le groupe français Valorem rejoint DLM (40%) et un autre investisseur (35%) dans le tour de table de DLM EnR, filiale du groupe Delattre Levivier Maroc (DLM). Le français entend faire de ce rapprochement stratégique un vecteur de croissance pour le secteur marocain et africain du renouvelable.

«Ce qui manquait à ce panorama était la présence à nos côtés d’un acteur de référence dans les énergies renouvelables ayant les compétences de développeur, de montage financier complexe et d’opérateurs d’énergies vertes», explique Eric Cecconello, administrateur directeur général de Delattre Levivier Maroc.

Soulignons que les principaux acteurs de la construction métallique (DLM et Stroc Industrie) traversent des moments difficiles, notamment en termes de trésorerie. En accueillant l’actionnaire français, DLM EnR s’offre une meilleure assise financière pour le développement de ses projets au Maroc et sur le reste du continent.

Le groupe Valorem est un leader européen des énergies vertes. Le nouvel entrant a déjà développé 3 GW de capacités d’énergies renouvelables auxquelles s’ajoutent près de 200 MW de par le monde pour cette année.

La première expérience de DLM dans les énergies renouvelables remonte à 1999. A cette époque, DLM et Elecam (devenu entre-temps Spie Elecam et maintenant Engie) s’étaient associés pour fabriquer et monter les tours du parc éolien d’Al Koudia Al Baida à Tanger. Depuis, le groupe a participé à la réalisation de plusieurs projets EnR dont la pose de mâts au parc Aftissat près de Boujdour pour le compte de Siemens et Nareva.

DLM EnR est spécialisée dans les dispositifs d’autoconsommation en énergies renouvelables. Elle se fixe pour objectif de réduire la facture énergétique des industriels de petite et taille moyennes par un approvisionnement complémentaire en énergie verte. La filiale des deux groupes adresse leur autoconsommation, espérant que ces derniers s’ouvrent enfin à des solutions alternatives.

Au Maroc, la loi 13-09 gère les gros producteurs d’énergie (Nareva, Acwa Power…). DLM EnR se positionne comme alternative aux gros producteurs d’énergie, qui proposent une offre marché (prix de l’ONEE moins 5 voire 8%). Par ailleurs, il s’adresse à un marché que les gros producteurs ne peuvent adresser parce que leur organisation n’est pas adaptée à cette cible.

L’opérateur dimensionne son produit sur-mesure de sorte à ce que «le résultat de la remise soit celui du dimensionnement. Chez l’un, cela va être 15% chez un autre 30...», fait valoir Martial Levard, COO de DLM EnR. Sur les 5 prochaines années, la filiale des deux groupes table sur l’installation de 50 MW au Maroc.

Avec cette capacité, le management de l’entreprise adresse à peine 2 à 3% d’un marché qui croît de l’ordre de 6% par an. Le marché recèle un fort potentiel! Ce marché comprend une dizaine d’acteurs, dont à peine la moitié dispose de solides compétences techniques.

Carte de visite

Dans le partenariat, DLM apporte sa capacité industrielle et son carnet de clients. Delattre Levivier Maroc est leader de la construction lourde, de la chaudronnerie ainsi que la tuyauterie et œuvre depuis 1951 sur le marché marocain et sur les marchés internationaux. En 2017, le Marocain a réalisé plus de 596,3 millions de DH de chiffre d’affaires avec 2.200 collaborateurs au Maroc et ses autres implantations sur le continent (Côte d’Ivoire, Sénégal, Congo Brazzaville et Guinée équatoriale), qui représentent un peu plus de 25% de son activité et environ 40% de son personnel. Le nouvel entrant a quant à lui réalisé 74,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc