×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5326 Le 01/08/2018 | Partager

    ■ Mousson en Inde: Des poissons nagent dans les couloirs à l'hôpital
    La mousson en Inde, qui a fait 545 morts depuis mai, a provoqué une inondation dans un hôpital de l'Etat du Bihar (nord-est) où des poissons se sont retrouvés à nager dans les couloirs, a-t-on appris lundi auprès des autorités. Alors que l'eau sale dévalait dans l'unité des soins intensifs à l'hôpital universitaire Nalanda de Patna, les patients ont bien mérité leur nom: ils se sont tassés comme ils ont pu sur leurs lits en attendant que le flot passe. Le proche d'un patient a même attrapé un poisson. «Une partie du rez-de-chaussée a été inondée (dimanche) après l'engorgement d'un tuyau en raison des fortes pluies», a expliqué à l'AFP le responsable de l'hôpital, Sitaram Prasad.
    La mésaventure illustre les problèmes posés aux infrastructures du pays par la mousson qui sème chaque année mort et destruction. De juin à septembre, des dizaines de milliers d'immeubles et d'habitations sont régulièrement inondés. Depuis mai, 545 personnes sont mortes à cause des pluies qui ont affecté d'une manière ou d'une autre plus d'un million de personnes. Dans le seul Etat d'Uttar Pradesh, situé à l'ouest du Bihar, des effondrements de maisons ou de murs ont tué près de 80 personnes depuis jeudi, selon le responsable local des situations d'urgence Sanjay Kumar. Les autres Etats alentour étaient également en alerte et les autorités ont évacué 3.000 habitants des zones proches de la Yamuna, affluent du Gange, qui a dépassé sa cote d'alerte à New Delhi.

    ■ Un skieur disparu en 1954 identifié grâce aux réseaux sociaux
    La police italienne a pu retrouver 64 ans après sa disparition, avec l'aide des médias et des réseaux sociaux, l'identité d'un skieur français mort en 1954 à 3.100 mètres d'altitude. Des restes humains et des accessoires avaient été retrouvés le 22 juillet 2005 dans le Val d'Aoste (nord-ouest de l'Italie), aux Cimes blanches dans le Valtournenche, a expliqué dimanche dans un communiqué la police italienne.
    Fin juin, la police avait lancé un appel sur les réseaux sociaux pour tenter d'identifier la victime, un homme d'une trentaine d'années selon les analyses effectuées. Les analyses avaient permis de conclure qu'il s'agissait d'une personne aisée, au regard de la très bonne marque de ses skis en bois comportant un numéro de série, a précisé Marinella Laporta, de la police scientifique de Turin. Sur la base de leur longueur, les enquêteurs ont conclu que le skieur mesurait 1m75, une mensuration confirmée par un médecin. Son blouson de ski léger permettait de penser que le décès avait eu lieu au printemps. Des clichés des enquêteurs montrent en outre ses lunettes, une montre, ainsi que des morceaux de chemise avec des initiales brodées. Ces découvertes ont été partagées fin juin sur les réseaux sociaux, les policiers estimant que l'homme n'était probablement pas Italien ce qui expliquait que les recherches en Italie n'aient donné aucun résultat. Rapidement, une Française, Emma Nassem, a répondu après avoir entendu l'information sur une radio française et évoqué son oncle, Henri Le Masne, né en 1919 à Alençon (ouest de la France) et «décédé avec ses skis sur le Cervin en 1954, un jour de grosse tempête», selon le communiqué.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc