×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Boycott: Les pour, les contre et les Ponce Pilate

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5263 Le 02/05/2018 | Partager

La campagne de boycott de certains produits nationaux prend de plus en plus d’ampleur, au point de faire réagir hommes politiques, artistes et intellectuels. Si les ministres Rnistes (Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaid) ont été les premiers à dénoncer la campagne, leurs confrères des autres partis ont été plus mesurés.

Nabil Benabdallah estime que les gouvernements successifs n’ont pas suffisamment travaillé pour répondre aux demandes du peuple: «La population a un besoin urgent de dignité et de respect. Elle réclame de meilleures conditions de vie, de la transparence et une véritable démocratie», indique le secrétaire général du PPS.

Pour sa part, Mohamed Yatim (ministre Pjdiste de l’Emploi), considère que la campagne est «le signe de la vitalité de la société marocaine où les partis politiques ne sont plus le principal outil d’encadrement et de canalisation de l’opinion publique». Même attitude auprès de Nizar Baraka (PI) qui déclare: «Le boycott reflète la souffrance des citoyens face à la cherté de la vie».

Du côté des soutiens clairs, l’on retrouve Nabila Mounib (PSU) qui affirme que les jeunes qui sont à l’origine de cette campagne de boycott sont des «jeunes d’une grande conscience politique et savent ce qui se passe dans le pays».

Dans une longue tribune, l’intellectuel Abdelhak Serhane exhorte les responsables à «écouter la voix du peuple» et à «respecter son destin et sa dignité». Actuellement, ce sont  les stations-service Afriquia du groupe Akwa, le lait de Centrale Danone et la marque d’eau en bouteille Sidi Ali du groupe Holmarcom, qui sont visés par cette campagne qui  a pour objectif de faire baisser les prix.

Si la sélection des produits en cause peut donner à réfléchir quant aux motivations des initiateurs, il est toutefois très difficile, entre fausses informations, chiffres erronés, intox et rumeurs, d’en mesurer l’ampleur et l’impact pour le moment.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc