×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Les échographistes en formation à Marrakech

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5262 Le 30/04/2018 | Partager

    Prévenir plutôt que guérir. Tous les débats ont tourné autour de la prévention des risques santé. Pour le 7e Salon de l’Association marocaine des échographistes (AMECHO), doublé du 3e Congrès africain de médecine générale pratique, qui s’est tenu à Marrakech, un parterre de Marocains, Africains et Européens a enchaîné les ateliers. L’objectif commun étant le dépistage des maladies à un stade précoce. La stratégie la plus efficiente.

    Dans le monde, comme au Maroc, 75% des décès sont dus à l’hypertension artérielle, le diabète, le syndrome métabolique, les maladies mentales et les cancers. Des pathologies qui ont pour conséquences une augmentation de l’utilisation des services de santé, une charge morbide très lourde et un impact socioéconomique très élevé. Alors le premier rempart contre ces fléaux reste un mode de vie sain.

    Les professionnels de santé participants ont pu débattre autour de questions comme l’hydratation, les produits laitiers, la vitamine D, l’activité physique, les addictions ou encore le tabac. Sur ce dernier volet, considérant que la prévention est l’affaire de tous, Philip Morris Maroc (PMI) a été invité à prendre part aux travaux. Le cigarettier y a présenté ses nouveaux produits délestés de composants chimiques et de constituants toxiques et nocifs.

    Si le mieux est encore de ne pas fumer, les nouveaux process de PMI visent les produits sans combustion, soit des produits de substitution à l’exposition du risque (voir L’Economiste du 12/09/2017). Cet événement, destiné à la formation continue et à l’échange d’expériences des médecins de santé publique, privé et des universitaires, permet d’avancer sur la qualité des soins et le respect du malade. Tous, patients compris, doivent travailler à définir les moyens d’éviter certaines maladies et de mieux gérer les autres.

    Comme souligné par le président du comité scientifique de l’AMECHO, Jaafar Heikel, «les médecins de tout bord, généraliste ou spécialiste ont une responsabilité technique, morale, éthique, déontologique. Mais ils ont surtout la responsabilité de prévenir les maladies, de faire en sorte de les dépister au plus tôt et de contribuer au meilleur pronostic possible de maladies déclarées».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc