×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les différends commerciaux s’invitent au G20 Finances

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5233 Le 20/03/2018 | Partager
    Les Etats-Unis et la Chine «montrent leurs muscles»
    Les gestions diplomatiques se multiplient

    Les différends commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine font craindre une guerre commerciale. Ils ont d’ailleurs «montré leurs muscles» dès l’ouverture, lundi 19 mars, du G20 de Buenos Aires. Ce rendez-vous intervient quatre jours seulement avant l’entrée en vigueur, vendredi 23 mars, des droits de douane américains de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur celles d’aluminium, à l’exception du Canada et du Mexique.

    Comme à chaque rencontre du G20 depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, il y a un peu plus d’un an, la rédaction du communiqué de la rencontre de Buenos Aires donne aussi lieu à une lutte acharnée entre les deux principales économies mondiales. Certes, les mesures américaines visent essentiellement la Chine, dont les surcapacités de production d’acier sont décriées depuis des années par ses partenaires. Mais les alliés européens de Washington se retrouvent également dans la ligne de mire de Trump, qui s’en prend régulièrement aux excédents commerciaux allemands. Au cours des derniers jours, les Européens ont tenu à réaffirmer leur unité face aux Etats-Unis. Les gestions diplomatiques se multiplient pour éviter que les taxes sur l’acier ne débouchent sur un affrontement commercial.

    Autre sujet de tension entre les Etats-Unis et l’Europe: la taxation des géants du numérique, ou Gafa. Cet acronyme désigne les quatre mastodontes américains du secteur (Google, Amazon, Facebook, Apple), dont les pratiques d’optimisation fiscale sont régulièrement pointées du doigt. Avant la réunion de Buenos Aires, les membres du G20 ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur la manière de les imposer ni à long terme ni à court terme. Ouvrant la voie à des mesures unilatérales en attendant que la communauté internationale se mette d’accord sur un accord global. La Commission européenne va justement présenter ses propres mesures dès mercredi 21 mars à Bruxelles dans la foulée du G20 Finances de Buenos Aires.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc