Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5224 Le 07/03/2018 | Partager

■ Aléna: Trump fait du chantage?
Donald Trump a adopté une position dure sur le commerce en exigeant un accord de libre-échange «juste» avec le Mexique et le Canada en échange de tout assouplissement de taxes à venir sur les importations d’acier et d’aluminium. Les déclarations du président américain interviennent alors que la 7e session de renégociation du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) qui vient de s’achever à Mexico n’a pas produit «les progrès espérés», a regretté lundi 5 mars le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer. Une huitième session de négociations devrait se tenir en avril à Washington.

■ Vers un nouveau traité transpacifique
L’accord de libre-échange transpacifique (TPP) renaît de ses cendres. Il sera signé jeudi 8 mars par 11 pays d’Amérique et d’Asie (l’Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam…). La nouvelle version du texte sera paraphée avec la quasi-totalité des dispositions du texte original, sauf celles portant sur la propriété intellectuelle imposées par Washington. Elle prévoit une levée des barrières douanières et des barrières non-tarifaires, comme la mise en place de normes communes dans plusieurs secteurs d’activités, entre ces 11 pays rassemblant près de 500 millions de personnes.

■ L’industrie automobile face aux objectifs CO2
L’industrie automobile se retrouve au salon de Genève (prévue du 8 au 18 mars), assaillie par les doutes, de la crise du diesel aux menaces de taxes brandies par Donald Trump. Le président américain a menacé de taxer les importations d’automobiles européennes, ce qui toucherait d’abord les constructeurs allemands qui produisent pourtant massivement en Amérique du Nord. L’autre souci du secteur reste le plongeon des ventes de motorisations diesel. Les constructeurs européens ont misé dessus pendant des années pour réduire leurs émissions de CO2 avec le soutien des pouvoirs publics. Ils sont subitement contraints d’adapter leur outil industriel afin de pouvoir fabriquer des voitures avec de plus en plus de moteurs essence, électriques ou hybrides électrique-essence. A noter que le règlement européen fixe un objectif d’émission différent aux constructeurs automobiles selon le poids de leurs véhicules (voir aussi Les Echos France daté du lundi 5 mars 2018).

■ Les yeux rivés sur la BCE
La Banque centrale européenne (BCE) devrait retarder jeudi 8 mars l’heure d’amorcer la fin de son vaste soutien à l’économie. C’est pour éviter d’attiser les tensions politiques et financières du moment. Sauf surprise, les taux directeurs seront maintenus au plus bas et le vaste programme de rachats d’actifs sera confirmé jusqu’en septembre à un rythme diminué de moitié depuis janvier, soit 30 milliards d’euros par mois.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc