×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5215 Le 22/02/2018 | Partager

■ Le Président du Venezuela fait campagne en langue des signes
«Nous avons une surprise pour vous, soyez attentifs», avait promis le Président vénézuélien Nicolas Maduro, provoquant une grande attente dans son pays, mais le Chef de l'Etat a finalement surpris, amusé et agacé une partie de la population avec un spot de campagne en langue des signes. Un jour après ce message mystérieux sur Twitter, le dirigeant socialiste est apparu dimanche soir à la télévision et a traduit en langue des signes des slogans visiblement destinés à sa campagne en vue du scrutin anticipé du 22 avril où il brigue un nouveau mandat: «Nous voulons la paix!», «Nous voulons un Venezuela pour tous!».
Le spot, qui montre aussi des proches collaborateurs du président, dont son épouse Cilia Flores qui l'évoque comme un «grand leader», a généré une pluie de réactions sur les réseaux sociaux. Parmi elles, une jeune internaute sourde-muette lui a répondu par un message vidéo. «Président Maduro, la communauté sourde veut te dire que nous sommes fatigués des mensonges, de tant de répression, de tant de faim. Nous avons un seul signe pour toi», conclut la jeune femme en lui adressant un doigt d'honneur. Plusieurs dirigeants de l'opposition ont également critiqué ce spot. «Que Maduro et sa clique aient appris à dire des mots en langue des signes, cela ne veut pas dire qu'ils aiment le peuple, mais plutôt qu'ils se moquent de lui», a réagi sur Twitter la députée Delsa Solorzano.

■ Une famille débarquée d'un bateau de croisière après une bagarre!
La police australienne a dû évacuer d'un bateau de croisière 23 membres d'une même famille, à la suite d'une bagarre ayant fait plusieurs blessés, rapportent samedi les médias australiens. Les passagers indélicats, dont des femmes et des enfants, ont été débarqués alors que leur navire, en route pour une croisière de dix jours, faisait escale à Sydney. A en croire des vidéos filmées par des passagers, la bagarre aurait impliqué plus d'une dizaine de personnes. Des membres d'équipage auraient tenté de s'interposer, en vain. Selon d'autres sources, le groupe mis en cause aurait terrorisé les autres passagers pendant des jours. «Les gens faisaient sortir leurs enfants de la piscine, car ils pleuraient et avaient peur», a raconté un témoin au quotidien The Herald Sun. Une autre a dit à la radio-télévision publique australienne ABC qu'elle avait assisté à sept bagarres distinctes pendant la croisière. La police a indiqué qu'elle avait ouvert une enquête, mais qu'elle n'avait encore inculpé personne. Selon une porte-parole de la compagnie maritime Carnival Cruise Line, Jennifer Vandekreeke, une seule famille était impliquée dans ces incidents. Contraindre un groupe entier à quitter le navire «est toujours une solution de dernier recours pour nous», a-t-elle précisé.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc