×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Restrictions visant les Tunisiennes

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5176 Le 26/12/2017 | Partager
Tunis riposte, plusieurs ONG et partis politiques dénoncent
Les diplomates cherchent à éviter l’escalade
tunisie-uae-076.jpg

La tension monte entre la Tunisie et les Emirats arabes unis. Ces derniers ont décidé, depuis vendredi 22 décembre, d’interdire aux Tunisiennes d’embarquer sur des vols en direction de leur pays. Motif: crainte d’un attentat (Ph. AFP)

L’affaire a enflammé médias et réseaux sociaux en Tunisie. La mesure prise par les Emirats arabes unis à l’encontre des voyageuses tunisiennes est due à la crainte d’un «attentat pouvant être commis par des femmes titulaires d’un passeport tunisien», selon la présidence tunisienne.

Dimanche soir, la Tunisie a annoncé avoir suspendu les liaisons quotidiennes de la compagnie aérienne Emirates en raison de l’imbroglio persistant autour du droit des femmes tunisiennes à embarquer sur des vols à destination des Emirats. Les autorités tunisiennes parlent «d’une interdiction faite aux Tunisiennes de se rendre aux Emirats» qui les a obligées à intervenir à plusieurs reprises au cours des derniers jours en soutien à leurs ressortissantes, à Tunis mais aussi à Abou Dhabi et Beyrouth.

Les Emirats ont, eux, évoqué des questions de «sécurité» et des mesures «spécifiques et temporaires», sans aucune autre explication. Dans le cadre du retour des combattants (jihadistes) et leur sortie de Syrie essentiellement, et d’Irak, il existe «une possibilité d’attentat terroriste dans lequel seraient impliquées des femmes soit Tunisiennes soit porteuses d’un passeport tunisien», a indiqué la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach. Tout en laissant entendre que ces femmes pouvaient recourir à de fausses identités. Toutefois, si la Tunisie peut «comprendre» les craintes émiraties, elle ne peut «accepter la manière dont les femmes tunisiennes ont été traitées».

L’ambassadeur des Emirats à Tunis a dû rapidement s’expliquer au ministère tunisien des Affaires étrangères. Il a alors assuré que l’interdiction avait été «levée», et les voyageuses ont finalement pu prendre part au vol pour Dubaï. La situation s’est toutefois reproduite tout le week-end, y compris à l’étranger, bloquant à chaque fois les voyageuses pendant plusieurs heures avant que les autorités tunisiennes n’interviennent, rapporte l’agence AFP citant des témoignages. 

Plusieurs ONG et partis politiques ont dénoncé une mesure «discriminatoire» et demandé aux autorités tunisiennes de se montrer «fermes». Hier lundi, le chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi a dit «veiller à ce que les droits de la femme tunisienne ne soient pas atteints, quelles que soient les justifications». Mais il a aussi chargé son ministre des Affaires étrangères Khemaïes Jhinaoui «d’œuvrer à dépasser ces problèmes le plus vite possible pour préserver les relations de fraternité et de coopération avec les Emirats».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]m
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc