×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Paiement électronique: Naps veut raviver la concurrence

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5129 Le 18/10/2017 | Partager
L’activité acquéreur opérationnelle
10.000 terminaux installés chez les commerçants
La filiale de M2M Group met fin au monopole du CMI

Bien que toujours déficitaire, Naps n’en a cure. L’opérateur monétique indépendant compte bien devenir le prochain leader du paiement électronique et table sur un CA de 100 millions de DH à l’horizon 2020. Le lancement de son activité acquéreur en est la preuve. De ce fait le CMI perd son monopole. Naps a démarré en juin 2017 son activité en tant que nouvel acquéreur monétique. Plusieurs commerçants à travers le pays, ont été enrôlés dans l’aventure.

Quelques milliers de transactions de paiements ont déjà été traitées via les 10.000 terminaux installés par l’entreprise. Car Naps mise avant tout sur son réseau propre, que ce soit les intermédiaires ou les franchisés. Pour son activité acquéreur, Naps compte adopter une stratégie radicalement différente de celle du Centre monétique interbancaire. Les commissions sont au centre des attentions. Le Centre monétique interbancaire explique que les commissions qu’il prélève ne sont jamais fixes.

Elles dépendent de plusieurs paramètres dont le secteur d’activité du commerce, le volume des paiements par carte et le risque d’impayés. Cette commission est calculée par un pourcentage appliqué au montant de la transaction. Celui-ci oscille entre 1 et 3% et peut selon certaines variables atteindre les 6%, voire plus. Concessionnaires automobiles, startups,... se sont souvent plaints de ces marges plantureuses, jugées colossales.  

Les terminaux sont eux offerts par le CMI aux commerçants, bien qu’il ne renouvelle pas beaucoup son parc. En 2017, le paiement NFC par exemple, est extrêmement rare voire inexistant, alors que les cartes délivrées par toutes les banques le permettent depuis des années. Le CMI ayant le quasi-monopole dispose d’un «pricing power» élevé, au point de devenir plus rentable que les banques.  A noter que 2017 a été une année pleine pour le CMI avec une progression des bénéfices de 43%, et une rentabilité des fonds propres qui pointe à plus de 40%, quand les meilleures banques sont, elles, aux alentours de 15%.

Naps espère redistribuer les cartes en changeant de business model. Il propose de louer ou de vendre les terminaux, à la charge des commerçants. En contrepartie l’entreprise s’engage à ne pas appliquer des commissions variables aux commerces qui adoptent sa solution, ni de minimum requis pour profiter d’un taux avantageux. «Il y aura toujours la commission Naps qui tourne autour de 1% et s’y rajouteront les commissions d’interchanges qui elles sont destinées aux émetteurs des cartes», explique Redouan Bayed, président du groupe M2M.

«Nous ne rentrerons pas dans une guerre des prix avec le CMI, puisque nous aussi devrons supporter les coûts de gestion des transactions qui transitent par notre réseau», précise-t-il. A l’occasion du lancement de l’activité «acquéreur» le 16 octobre a Casablanca, de nombreuses entreprises semblaient intéressées. Royal Air Maroc, des concessionnaires automobiles ainsi que des products managers d’entreprises gérant un flux conséquent de transactions par cartes étaient présents. Ils ont pu échanger avec Faissal Khdiri, directeur général de Naps ainsi que Redouan Bayed, président de M2M.

L’activité «émetteur» attendra

Le lancement des activités de Naps, dont l’investissement budgétisé sur la période 2013-2018 atteindrait 120 millions de DH, reste pour le moment limité. Et pour cause, l’activité Emission n’est toujours pas effective. L’entreprise du groupe M2M Group a introduit une demande d’extension de son agrément initial et celle-ci est en cours d’instruction auprès de Bank Al-Maghrib.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc