×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agadir: La médiation bancaire expliquée aux TPME

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5067 Le 18/07/2017 | Partager
    Dans les régions, ce n’est pas encore la grande affluence
    Une journée d’information pour sensibiliser

    Dans les régions, la médiation bancaire reste toujours assez méconnue. Pourtant, c’est une des solutions les plus prisées pour améliorer le climat des affaires, résoudre les litiges dans le secteur commercial à l’amiable et désengorger les tribunaux. Pour mieux faire connaître ce mode alternatif de règlement des conflits, une journée d’informations vient d’être organisée à Agadir par la Chambre de commerce, de services et d’industrie Souss Massa (CCIS SM) et la section régionale de la CGEM. Thème retenu. «La médiation bancaire: outil alternatif de résolution des conflits, une opportunité pour les TPME et professionnels de la région Souss Massa». «Ce processus, choisi librement par les parties en conflit, permet de trouver un accord amiable grâce à un tiers qualifié», explique Mohamed El Ghorfi, directeur exécutif du Centre marocain de médiation bancaire (CMMB). «La médiation bancaire propose des services pour améliorer les relations entre les banques et leurs clients et constitue un ultime recours, après épuisement des procédures de réclamations internes», a-t- il ajouté. Cette autre sortie médiatique d’El Ghorfi s’explique par le fait que dans la région, ce n’est pas encore le grand rush pour ce mode alternatif de résolution de conflits. Le CMMB, créé en mars  2014,  restant peu ou pas connu alors qu’il est une issue favorable pour la gestion des différends nés ou pouvant naître entre la clientèle et les établissements de crédit. Qui regroupent les banques, les sociétés de financement, les associations de microcrédit. Et ce, à travers deux  dispositifs de médiation, l’un institutionnel (procédure dite gratuite), et l’autre conventionnel. La médiation conventionnelle étant un mode alternatif de règlement de différend supérieur à 1 million DH (procédure dite  payante). Il faut préciser que le client doit obligatoirement saisir son établissement de crédit du différend qui l’y oppose avant de saisir le CMMB. Les questions inhérentes au recouvrement des créances des établissements de crédit sont par ailleurs exclues du champ de la  médiation.
    Vu l’intérêt que revêt le sujet de médiation commerciale en général et la médiation bancaire en particulier, la CCIS SM a œuvré pour l’amélioration du climat régional des affaires dans le Souss. Ce qui a abouti dernièrement à la création de son propre Centre de médiation et d’arbitrage commercial d’Agadir CMACA.

    Rôle du médiateur

    IL doit être à l’écoute des parties pour rapprocher leurs points de vue et leur proposer la solution appropriée à leur litige. Travaillant en toute impartialité, il est aussi tenu à la confidentialité et au respect du secret professionnel à l’égard des tiers. Le médiateur émet des propositions fiables pour les litiges relevant de son périmètre d’intervention et des pouvoirs  qui lui sont conférés à cet  effet. Et ce, dans les délais impartis. Bien entendu, en tant qu’acteur de proximité, le médiateur reste attentif aux attentes de la clientèle des établissements de crédit, afin de pouvoir renforcer leur confiance dans ce mode de règlement alternatif des conflits.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc