×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Cosumar monopolise la moitié des échanges

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4985 Le 21/03/2017 | Partager
    agroalimentaire_085.jpg

    Malgré la publication de résultats annuels en forte hausse, le cours de l’entreprise agroalimentaire lâche 0,67% en Bourse à 370 DH. Toutefois, elle affiche des gains confortables de 89% sur un an.

    Le Masi démarre la semaine dans de bonnes dispositions. L’indice vedette de la place a pris 0,10% à 11.941,97 points. La hausse de l’indice a été soutenue par six secteurs dont les télécoms, les banques, le bâtiment et matériaux de construction. Cela a suffi à compenser le recul de 13 indices sectoriels parmi lesquels figurent l’immobilier, les mines, la distribution ou encore l’agroalimentaire. Le baromètre des valeurs les plus liquides s’est apprécié de 0,15% à 9.759,87 points alors que les indices Ftse ont évolué en rangs dispersés. Les performances annuelles ressortent à 2,56% pour le Masi et 2,23% pour le Madex. La capitalisation du marché se fixe à 600 milliards de DH.

    Les transactions sur la place se sont établies à 123 millions de DH. Cosumar a été la valeur la plus liquide avec un flux de 64 millions de DH. Elle termine en baisse de 0,67% à 370 DH malgré des résultats annuels en forte hausse et un dividende en augmentation de 20% à 13 DH par action. Par ailleurs, l’entreprise annonce une augmentation de capital par incorporation des réserves et distribution gratuite d’une action pour deux détenues. BMCI qui a également dévoilé ses résultats annuels est restée stable sur un volume insignifiant. Pénalisée par la baisse des taux, la banque a vu son produit net bancaire reculer de 4,5%. Malgré une amélioration du coût du risque (-31%) les bénéfices (-14%) ont pâti d’une provision pour risque fiscal (lire également article en page 11).

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc