×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:4970 Le 28/02/2017 | Partager

    ■ Un macaron de l’espace!
    Tests anti-explosion, antimiettes… Le célèbre pâtissier français Pierre Hermé a mis au point pendant plus d’un an un «macaron de l’espace» qui a rejoint jeudi la Station spatiale internationale, pour le 39e anniversaire de l’astronaute Thomas Pesquet. Après un rendez-vous manqué avec l’ISS mercredi dernier en raison d’un problème de GPS, une capsule de ravitaillement Dragon s’est arrimée à la Station. Dragon apporte aux six astronautes de l’ISS plus de 2,2 tonnes de vivres et d’équipements destinés à des expériences scientifiques.

    Elle contient également une petite douceur française: deux boîtes de sept macarons, ces petits biscuits très en vogue, sous vide, à l’intention du Français Thomas Pesquet, qui a fêté ses 39 ans le 27 février. Pour le parfum, Pierre Hermé, qui a modifié la recette de ses macarons emblématiques pour les envoyer dans l’ISS, a opté pour la framboise car «son goût puissant plaît à tout le monde». Il a commencé il y a plus d’un an à travailler pour mettre au point un macaron conforme aux exigences de la Nasa et du Cnes. «C’était comme une page blanche. Je n’étais pas sûr de pouvoir y arriver surtout quand ils ont commencé à me décrire toutes les contraintes», confie Pierre Hermé.

    «Après les premiers tests, nous avons décidé de réduire la taille» du biscuit, confie Alain Maillet, qui s’occupe notamment de la nutrition des astronautes au Cnes, l’agence spatiale française, à Toulouse (sud-ouest). Il doit pouvoir être englouti en une seule bouchée. Car dans l’ISS, milieu en micropesanteur, il faut éviter d’avoir des miettes qui pourraient être inhalées par un astronaute. Des tests de vibrations, reproduisant celles lors des lancements de fusée, ont été menés afin de vérifier que le biscuit n’explosait pas. Sur Terre, les macarons, dont les coques sont constituées de poudre d’amande, de sucre et de blancs d’œuf, sont un peu friables. Aussi, ceux destinés à l’ISS sont un peu plus cuits, toujours dans l’objectif d’éviter les miettes. Le macaron de l’espace doit également résister aux divers chocs thermiques, souligne Hermé. Pas question de le garnir d’une crème ou d’une ganache. «Nous avons opté pour une texture proche de la pâte de fruit», précise-t-il.

    ■ Des naufragés sauvés après un mois de dérive en mer
    Un pilote d’hélicoptère a découvert par hasard dans le Pacifique deux bateaux de naufragés, dont l’un dérivait depuis 28 jours, vient de rapporter le Marshall Islands Journal. Le pilote était en train de rechercher des bancs de thon pour le compte d’un chalutier au large des Iles Marshall quand il est tombé par hasard sur les deux embarcations la semaine dernière, ce qui a permis de secourir trois pêcheurs et un adolescent.

    Le journal rapporte que les deux bateaux se trouvaient à 650 kilomètres des Kiribati, d’où ils étaient partis séparément. Celui qui comptait trois pêcheurs dérivait depuis 28 jours. L’autre, où se trouvait l’adolescent de 14 ans, depuis 11 jours. Les deux bateaux se trouvaient à huit kilomètres l’un de l’autre mais ignoraient tout de la proximité de l’autre.

    Le chalutier Kwila888 a récupéré les naufragés et les a déposés par la suite à Majuro, capitale des Iles Marshall. Le capitaine du chalutier, Yuan Tsai Chen, a indiqué que l’adolescent n’avait pas mangé pendant les 11 jours de son calvaire tandis que les trois pêcheurs ont survécu en mangeant du poisson.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc