×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Le marché automobile a le vent en poupe

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4964 Le 20/02/2017 | Partager
    Il a bondi de 10,2% en janvier 2017
    Près de 1,17 million de voitures particulières neuves
    De gros investissements en perspective
    europe_automobile_064.jpg

    Quatre grands pays européens (Allemagne, France, Espagne et Italie) ont vu leurs immatriculations gonfler de plus de 10% le mois dernier. Le marché automobile britannique a augmenté de 2,9%, signe de confiance des consommateurs malgré le Brexit

    Le marché automobile européen a démarré 2017 en trombe. Il a bondi de 10,2% le mois dernier. Près de 1,17 million de voitures particulières neuves ont été mises sur les routes, d’après les chiffres de l’Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).
    Le secteur automobile augmente aussi ses investissements. Par exemple, Renault a annoncé qu’il vise 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2022. Son nouveau plan stratégique doit être présenté en détail en octobre. Il ambitionne de parvenir à une marge opérationnelle de 7% tout en affichant un flux de trésorerie disponible «positif chaque année». Dans l’immédiat, le groupe prévoit d’accroître son chiffre d’affaires «au-delà de l’impact d’Avtovaz».

    Ce constructeur russe en difficulté, renfloué en 2016 par Renault, sera consolidé pour la première fois dans les comptes de cette année. Le PDG de Renault et Nissan, Carlos Ghosn a prévu un retour aux bénéfices en 2018 à la faveur d’un plan de redressement. Quant au renforcement des liens Renault-Nissan, Ghosn a prévenu que la forme de l’alliance entre les deux constructeurs automobiles n’évoluerait pas tant que l’Etat français resterait au capital de la firme au Losange.
    D’autre part, le constructeur automobile PSA a dit vouloir investir 200 millions d’euros au cours des cinq prochaines années pour moderniser et assurer la pérennité de son site historique de Sochaux, dans le Doubs. A noter que les représentants du personnel d’Opel se sont dits ouverts à discuter avec le groupe français PSA en cas de rachat du constructeur allemand. Mais à la condition que des assurances en matière d’emploi soient données. Le gouvernement allemand, surpris de l’annonce de discussions de fusion entre PSA et l’américain GM, actuelle maison-mère d’Opel, s’est dit aussi décidé à défendre les sites et les emplois de la marque à l’éclair.

    De son côté, le constructeur automobile américain Ford maintient son plan d’ouvrir cette année deux usines de production au Mexique. Et ce, malgré l’annulation surprise en janvier d’un investissement de 1,6 milliard de dollars à San Luis Potosi. L’entreprise construit actuellement deux usines de production de moteurs et de transmissions dans les Etats de Guanajuato et Chihuahua qui fourniront ces pièces aux usines d’assemblage du groupe réparties aux Etats-Unis, en Inde, en Chine, en Europe et en Amérique du Sud.

    Dans une récente analyse, PwC Autofacts prévoit qu’en 2020, 109 millions de véhicules seront assemblés vs 82,6 millions en 2013, soit un taux de croissance annuel moyen de 4,1% entre 2013 et 2020. Au Maroc, l’automobile continue de stimuler les exportations. Le secteur a vu ses chiffres progresser de 0,6% à 4,6 milliards de dirhams en janvier 2017, selon l’Office des changes. Une progression qui cache une forte croissance des pièces importées qui sont intégrées dans la chaîne de production (le taux d’intégration est autour de 40%) (cf. notre édition N° 4963 du vendredi 17 février 2017).

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc