×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par | Edition N°:4954 Le 06/02/2017 | Partager

    ■ Un serpent coincé dans l’oreille!
    Une adolescente américaine a dû être emmenée d’urgence à l’hôpital pour la débarrasser d’un serpent qui était coincé… dans le lobe de son oreille! Ashley Glawe, 17 ans, originaire de Portland dans l’Oregon (nord-ouest), a expliqué aux médias locaux qu’elle était en train de prendre des «selfies» en compagnie de Bart, son python domestique, quand ce dernier s’est glissé dans l’anneau qu’elle portait dans le lobe de son oreille! Sa mésaventure a rapidement fait le tour des réseaux sociaux et attiré l’attention des médias américains. «J’étais comme en état de choc (…) J’ai commencé à trembler», a confié la jeune fille. Elle s’est résignée à appeler les services d’urgence après avoir essayé sans succès de dégager le serpent. Les pompiers dépêchés sur place ne sont pas parvenus non plus à détacher l’animal de l’anneau, et la jeune fille a finalement été transportée à l’hôpital où les médecins ont eu recours à du lubrifiant pour enlever le reptile de son oreille.

    insolite_rikature.jpg
     

    ■ Des militaires qui couvent le cannabis thérapeutique!
    Dans une grande serre située à Florence, une centaine de plants de cannabis poussent paisiblement sous le regard de militaires attentifs: ce sont désormais eux qui produisent le cannabis thérapeutique disponible dans les pharmacies italiennes. Le colonel Antonio Medica assure n’avoir jamais tiré sur un joint, mais il n’en est pas moins convaincu de la qualité de ses plants. «Nous avons fait les tests», insiste-t-il. A l’entrée de sa salle de culture, à mi-chemin entre un laboratoire de haute sécurité et une serre embuée, le colonel enfile une blouse de chirurgien par-dessus son uniforme en racontant l’objet de son travail pour le moins insolite. «L’un de mes collègues plaisantait avec moi l’autre jour: on a passé 40 ans à essayer d’empêcher les troupes de fumer dans les casernes et maintenant c’est nous qui produisons la marchandise», raconte ce dernier. Mais la mission en question est tout ce qu’il y a de plus sérieux. 
    La qualité doit être bonne et surtout constante, parce que la production est destinée à des personnes malades. «Produire dans cet environnement stérile et fermé est très important parce que c’est la seule manière d’obtenir un produit constant et sans les éléments toxiques, en particulier les métaux lourds comme le mercure, que les plantes absorbent facilement dans les champs», précise le colonel Medica.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc