×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Ecole: Interminable déminage

    Par L'Economiste | Edition N°:4928 Le 30/12/2016 | Partager
    ecole_1_028.jpg

    ■ Une loi-cadre pour l’enseignement, une révolution!
    La discontinuité des réformes lancées depuis l’indépendance fait partie des principales raisons derrière la débâcle du système d’enseignement. Sur instructions royales, un projet de loi-cadre, transformant les orientations de la vision stratégique 2030 en obligations, voit enfin le jour. Il est soumis au Conseil supérieur de l’éducation pour examen en juillet dernier. Les 21 et 22 novembre, le Conseil planche sur un projet d’avis qu’il a ensuite partagé avec le gouvernement. Le projet devrait bientôt être mis dans le circuit d’adoption. Ce sera l’un des principaux paris à réussir en 2017.

     

     

    ecole_2_028.jpg

    ■ La pire rentrée scolaire!
    Enseignants et directeurs d’école s’accordent à le dire, en septembre dernier, l’école publique a connu sa pire rentrée. Et pour cause, jamais il n’y a eu autant de déficits en profs. Résultat des courses, des classes sans enseignants, d’autres accueillant plus de 60 élèves, tandis que certaines tournent avec des bénévoles! La rentrée est, par ailleurs, complètement ratée. Prévue pour le 19 septembre (après la fête du mouton), elle n’a concrètement eu lieu dans de nombreuses écoles que durant la première ou la deuxième semaine d’octobre. Beaucoup d’enseignants prétextaient «attendre la fin des élections législatives», pour réellement démarrer les cours.

     

     

    ecole_4_028.jpg

    ■… Et 11.000 profs pour sauver le système
    Devant l’urgence de la situation, le Roi donne ses instructions pour le recrutement express d’enseignants. Les académies régionales lancent alors, début novembre, un concours pour embaucher 11.000 profs contractuels, censés regagner leurs classes le 19 décembre. Suite à quelques imprévus techniques, ils ne pourront finalement commencer à enseigner que début janvier 2017. L’opération coûtera un milliard de DH. Mais il y a un hic, et pas des moindres, les nouvelles recrues, engagées sur la base d’une licence, prendront leur nouvelles fonctions sans avoir été formés au préalable. Le ministère assure avoir privilégié les lauréats des facultés des sciences de l’éducation, ceux formés pendant un an dans le cadre du programme des 10.000 cadres éducatifs, ainsi que les anciens vacataires dans des écoles privées. Mais leur degré de qualification reste insuffisant, face à l’ampleur du défi qu’ils doivent relever.  

    ■ L’éducation islamique dépoussiérée
    Aucun gouvernement n’avait osé s’attaquer à ce chantier. Il aura fallu que le Roi donne ses instructions, le 6 février dernier, pour que l’Education nationale procède à la révision des programmes d’éducation islamique. L’objectif est d’inculquer les valeurs de l’islam tolérant et de barrer la route aux courants extrémistes. Une commission a tout de suite été formée, avec la participation du ministère des Habous et une douzaine d’éditeurs.  Une nouvelle approche a ainsi été conçue et les 29 manuels du primaire et du secondaire ont été entièrement revisités. Après quelques retards, les manuels ont commencé à être livrés vers la troisième semaine d’octobre.   
     
    ■ Haro sur les manuels
    Un chapitre du manuel d’éducation islamique de la première année du Bac fait scandale. Le chapitre rappelle les conflits historiques entre les philosophes et les religieux. Comme illustration de ces antagonismes, il présente l’avis d’un cheikh, Ibn Salah Al Shahrazuri (1181-1245), qui considère la philosophie comme «l’essence de la bêtise et de la dépravation». Les enseignants de philosophie estiment qu’il s’agit là d’un texte diffamatoire de leur matière et d’une invitation à tuer la libre pensée chez les élèves. Ils organisent même des sit-in en signe de protestation en décembre.      

    azzimane_028.jpg

    ■ Brouhaha autour de la  gratuité de l’école
    Des frais d’inscription à l’université et plus tard au lycée. C’est ce que prévoit la vision 2015-2030 de la réforme de l’enseignement. Cette disposition du chapitre financement de la vision est pratiquement passée inaperçue pendant un an. Avec le projet de loi-cadre sur l’enseignement soumis au Conseil supérieur de l’éducation, et pouvant consacrer cette mesure, les syndicats montent au créneau fin novembre. Ils avancent même la fin de la gratuité de l’école publique. Le président du Conseil supérieur de l’éducation, Omar Azziman, a dû démentir. «L’école restera gratuite», avait-il tranché.  
     
    ■ 67 milliards de DH  pour la formation professionnelle
    Gouvernement et CGEM joignent leurs efforts pour réussir la nouvelle stratégie pour la formation professionnelle 2016-2021. Le coup d’envoi est donné le 30 mars par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, avec la signature de plusieurs conventions. Un budget de près de 67 milliards de DH est alloué, avec comme objectif de former, à terme, 10 millions de personnes.
    A.Na

                                                        

    ■ Le cauchemar des grèves des enseignants stagiaires

    ecole_3_028.jpg

    L’incroyable bras de fer entre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et les «enseignants stagiaires» aura duré près de 7 mois (d’octobre 2015 à avril 2016). Durant cette période, les étudiants des centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation ont multiplié les marches et sit-in, dans l’espoir de décrocher un recrutement automatique dans la fonction publique. Les forces de l’ordre ne leur ont pas fait de cadeaux, mais ils ont résisté jusqu’au bout. Ils n’ont repris les cours qu’à partir d’avril dernier. Soit à 3 mois de la fin de l’année scolaire. Les 10.000 étudiants concernés ont obtenu la promesse d’être tous recrutés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc