×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Huile d'olive: Le vrac continue de dominer

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4925 Le 27/12/2016 | Partager
85% du produit consommé localement pas conditionné
Sur plus de 10.000 unités, seule une centaine dotée d’une autorisation sanitaire

L’huile d’olive occupe une place de choix dans la cuisine marocaine. Près de 97% de la production est absorbée par le marché intérieur. Mais la part de la consommation en vrac avoisine les 85%. Une situation qui interpelle les acteurs de la filière sur les efforts à mener pour faire respecter la réglementation en vigueur concernant la fabrication et le conditionnement de l’huile d’olive en vue d’assurer sa qualité et également la sécurité sanitaire. Pour commencer, il faut passer par la sensibilisation. C’est dans ce cadre qu’un programme est lancé par l’Interprofession marocaine de l’Olive (Interprolive) en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et l’Office national de la sécurité sanitaire (ONSSA). Cette action vise la promotion de l’huile d’olive de qualité  en poussant les consommateurs à s'approvisionner en produits oléicoles conditionnés remplissant les normes sanitaires et nutritionnelles. Les grands axes de ce programme ont été présentés lors d’une conférence de presse organisée mercredi dernier à Rabat.  «La campagne en cours est une contribution pour encourager aussi bien les opérateurs que les consommateurs à œuvrer pour la reconversion progressive vers des huiles d’olives de qualité conditionnée répondant à toutes les normes sanitaires requises», souligne Rachid Benali, président de l’Interprolive.
Un objectif qui ne sera pas atteint dans l'immédiat, car beaucoup de travail reste à faire pour la modernisation du circuit de fabrication composé de près de 11.000 unités traditionnelles (Mâsra) et 500 unités industrielles, rappelle Benali. «Actuellement, environ 120 unités sont dotées d’une autorisation sanitaire délivrée par notre établissement», indique Amina Elhajjab, responsable à l’ONSSA. Alors que la réglementation en vigueur (loi 28-07) exige aux établissements opérant dans le secteur des huiles d’olives de disposer d’une autorisation sanitaire de l’ONSSA et assurer la traçabilité de leurs produits. Le Plan Maroc Vert offre des opportunités pour accompagner le développement et la valorisation de ce secteur, rappelle Chaouki Nabil, directeur de développement des filières de production au ministère de l’Agriculture. Le montant des investissements prévu dans le contrat programme signé en 2009 s’élève à 29 milliards de DH dont 21 milliards à mobiliser par le privé. Aujourd’hui, les investissements engagés par l’Etat avoisinent 5 milliards de DH pour la réalisation des projets portant notamment sur les plantations et la construction des unités de traitement au profit des agriculteurs regroupés en coopératives , indique le responsable du ministère. Avec les réalisations du secteur privé, le montant global pourra atteindre 10 milliards de DH. A cela s’ajoute près de 400 millions DH de subventions accordées depuis la signature du contrat en 2009.

Faible rendement

Le développement de la filière oléicole nécessite également l’amélioration des rendements de la production de nos agriculteurs qui reste largement faible. Elle est de près de 1,3 tonne par ha contre plus de 6 tonnes chez nos voisins comme l’Espagne. Cette amélioration va permettre à la filière d’atteindre les objectifs fixés par le contrat programme en termes de production, emplois, chiffres d’affaires… Pour les exportations, l’objectif fixé pour l’huile d’olive est de 120.000 tonnes en 2020, alors que la moyenne réalisée ces dernières années ne dépasse pas 20.000 tonnes. 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc