×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Reportage

Tiznit: L’ancienne médina retrouve son âme

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4905 Le 25/11/2016 | Partager
Réhabilitation des monuments principaux du noyau fondateur de la médina
Mise en valeur de lieux historiques faisant appel aux matériaux locaux et à l’architecture vernaculaire
tiznit_medina_005.jpg

La place de Jamâa Lakbir et la mosquée du même nom, avec l’architecture fortifiée des remparts entourant la kasbah, sont le témoignage d’un passé à la fois militaire et religieux de la ville. La technique architecturale des pieux en bois d’arganier figés dans les angles du minaret de la mosquée, caractérise les mosquées fortifiées en pisé allant de l’Azaghar jusqu’au Amlen (Ph. SB)

L’ancienne médina de Tiznit est en train de retrouver le prestige de son passé avec l’aboutissement de plusieurs projets de réhabilitation et de rénovation. Le cœur de la médina de Tiznit a fait l’objet d’une mise en valeur de ses éléments élémentaires fondateurs: Jamaa Lbir, Kasbah Aghenaj, Ain Aqdim, Kasbah coloniale, et de ses abords, par les autorités de la ville de Tiznit en concertation avec les associations de quartiers. Cette réhabilitation a rendu légitime la mise en valeur du patrimoine matériel de Tiznit, en adoptant une approche participative respectueuse autant des habitants que de l’histoire des lieux. Alors abandonné aux ravages du temps et à la négligence des habitants, pour la plupart méconnaissant l’histoire de leur ville, le cœur de la médina de Tiznit se mourait lentement. Heureusement, un mouvement de conscience collective a permis de sauver ce patrimoine précieux et de rendre à Tiznit son âme. L’insalubrité et la décadence de ces lieux historiques ont ainsi laissé place à des joyaux de l’architecture ancestrale et aux illustrations du génie des habitants des oasis dans la gestion de l’eau précieuse.

Réconcilier les tiznitis avec l’histoire de leur ville

La requalification du noyau primitif de la médina de Tiznit à partir de ses monuments fondateurs a lieu dans le cadre d’un plan de sauvegarde ambitieux. Un programme qui

tiznit_medina_1_005.jpg

Le musée de Tiznit met en valeur les techniques de construction traditionnelle en pisé avec des murs qui sont renforcés par une plateforme étanche en béton armé. La construction en pierre caractéristique de l’Anti Atlas est illustrée avec l’édification originale d’un grenier collectif à petite échelle (Ph. SB)

rend les sites accessibles aux habitants, par un jardin ouvert pour Ain Aqdim, ainsi que par des lieux culturels actifs pour tous les autres sites. C’est le cas de la Kasbah Aghenaj qui abrite désormais un théâtre à ciel ouvert, qui pourrait également abriter des expositions artistiques et des activités culturelles. Le projet de requalification du bassin Ain Aqdim et de ses abords est placé dans le circuit vertueux du développement durable initié dans la ville avec son «poumon vert» (la palmeraie protégée) et les eaux retraitées de la station d’épuration (mise en service en 2007 pour l’arrosage des jardins du périmètre irrigué). Dans cette même approche respectueuse de l’environnement, l’usage des matériaux locaux a permis de rendre visible l’histoire de ce quartier originel. La restauration a fait appel à la pierre sèche du plateau de Lakhsass, pour habiller le sarcophage en béton du réservoir d’eau. Les murs de mitoyenneté ont été édifiés en pisé stabilisé et en adobes avec de la terre crue et un enduit à la chaux. Les pavements de l’ensemble de cet espace ont été réalisés en lauzes rouges en provenance de Wijjane. Le projet de mise en valeur de Ain Zerka abrite un espace semi enterré en pierre sèche dont le modèle est ces khetarras extérieures qui entouraient jadis les espaces de la ville et permettaient de boire ou d’abreuver les troupeaux. C’est cette même pierre qui a été utilisée pour la restauration du lieu
Il est important d’insister sur le fait qu’il s’agit d’une réhabilitation aux dimensions sociales importantes. En effet, ce qui caractérise la réhabilitation du centre fondateur de la médina de Tiznit, c’est la concertation en amont avec la société civile. En effet, l’association Amouddou pour le développement touristique et culturel de Tiznit a élaboré le projet de valorisation du patrimoine matériel de la médina de Tiznit, dans le cadre d’un partenariat avec la GIZ et la Municipalité de Tiznit. Tiznit, à l’image de 8 autres villes du Maroc, a pris en main sa médina en 2012 dans le cadre du Réseau national

tiznit_medina_2_005.jpg

La kasbah Aghenaj, édifiée en 1810 par le général Mohamed Aghenaj, est passée d’une citadelle à une prison civile à un atelier des services techniques municipaux puis à un dépotoir, jusqu’à 2007 où elle est intégrée dans le programme culturel pour être restaurée (Ph. SB)

des anciennes médinas. Ce réseau a porté son attention sur la gestion des bâtiments menaçant ruine dans les médinas et surtout l’implication de la société civile dans des actions de réhabilitation et mise en valeur des médinas. Avec un budget de 520.000 dirhams, le projet a été mis sur la route en 2013. « Il s’agit d’un travail de concertation avec les habitants de 4 ruelles, où il était question de sensibilisation et de prise de conscience de l’importance historique de ces lieux», explique Lahcen Boumehdi, président de l’association Amouddou pour le développement touristique et culturel de Tiznit. Une prochaine phase du travail associatif consiste en l’inscription de la médina de Tiznit dans le circuit touristique de la région et la mise en place de la signalétique pour faciliter la lecture de ces lieux historiques pour les visiteurs.
Aujourd’hui ces lieux sont destinés d’abord et avant tout aux habitants de la ville. «Ce travail de réhabilitation et de mise en valeur a réconcilié la population locale avec leur histoire. Ils s’approprient petit à petit ces lieux et pour la plupart deviennent conscients de l’importance d’en prendre soin» note Salima Naji, architecte responsable du projet de réhabilitation du noyau historique fondateur de Tiznit. La mise en valeur de la médina de Tiznit par son patrimoine historique continue avec l’édification actuelle d’un Centre d’interprétation du patrimoine (musée), sur les lieux même d’une ancienne kasbah devenue prison puis abandonnée. Le musée englobe un centre de traitement et d’accueil des archives de Tiznit, ainsi que le Tiguemmi N’Tamazight. Ce dernier lieu s’attache aux activités liées aux associations locales ainsi qu’au jeune public (produits de terroir, espace de démonstration, écotour), et s’inscrivant dans le prolongement du musée. Le tout est conçu en respectant les méthodes de construction en pisé et en pierre, et adoptant les anciennes méthodes de climatisation naturelle.
C’est ainsi que Tiznit retrouve ses galons de cité ancestrale qui regorge d’histoire et de patrimoine architectural caractéristique, le tout à travers la réhabilitation du noyau fondateur de sa médina. Un travail qui permet la préservation et la réappropriation de la mémoire de la ville, avec et pour ses habitants.

Un centre de traitement et d’accueil des archives à Tiznit

Un projet de collection et de traitement des archives à Tiznit est en phase de préparation pour alimenter le premier Centre de traitement et d’accueil des archives de Tiznit. Il s’agit de recueillir des archives non étudiées non répertoriées à ce jour, appartenant à des collectionneurs ou du domaine du privé. Les archives seront exposées soit en nature, soit par le biais du numérique. Ces archives, parfois datant de 3 siècles, concernent les cahiers de commerce, kunnachs, écrits religieux, manuscrits berbères et juifs rares, etc. L’objectif est de rendre accessibles des archives privées ou cachées, et mettre en place un lieu de consultation régional pour les chercheurs-historiens, nationaux ou internationaux, et faisant partie du comité scientifique des archives et du musée de la ville de Tiznit.

Tiznit, une palmeraie à l’origine

tiznit_medina_3_005.jpg

Tiznit est décrite dans un texte de l’ethnologue française Odette du Puigaudeau au début du siècle passé comme «une douce oasis née des larmes d’une jeune fille et d’un miracle de Dieu», référence faite à Lalla Zninia, fondatrice historique de la ville (Ph. SB)

Peu de gens le savent: Tiznit est une palmeraie où se sont constituées plusieurs kasbah au fil du temps. Son noyau principal a émergé  avec la source d’eau légendaire de Ain Aqdim ou la source de Lalla Zninia, fondatrice légendaire de la ville de Tiznit, devenue Ain Zerka avec l’arrivée de la colonisation dans la ville. Ain Aqdim est un bassin naturel, aménagé entre le 16e et 17e siècle, et recueille les eaux de résurgence des massifs des plateaux avoisinants. Le projet de requalification propose un double-circuit purifiant l’eau et oxygénant les bassins par une chute d’eau d’une part et une seguia d’autre part. Les visiteurs peuvent prendre connaissance du cheminement de l’eau grâce à un pavement de couleur différente qui va jusqu’aux frontières de la cité.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc